Jodoigne - 1200 élèves ont marché pour le climat

Plus de 1200 élèves du CEPES, de l’Athénée et de l’Institut Saint-Albert se sont rassemblés jeudi dernier pour une marche pour le climat. C’est Salomé Marchal, étudiante de rhéto au CEPES qui en est à l’origine: «Quand j’ai vu ce qu’il se passait ailleurs, je me suis dit qu’il fallait faire quelque chose aussi ici, à Jodoigne. Cela montre que les plus petites villes sont aussi concernées. Et puis, c’est symbolique, car c’est la ville natale de Charles Michel», nous a-t-elle confié.

Très vite, l’étudiante qui a été rejointe par les élèves d’autres écoles dans son mouvement a reçu le feu vert des autorités locales et des professeurs. «Quand on a vu l’engouement sur les réseaux sociaux, nous avons contacté les directions des différentes écoles pour qu’ils agissent ensemble pour coordonner l’organisation de cette manifestation des étudiants», explique Bertrand Renard, président de l’Association des parents de Saint-Albert.

Escortés par la police, les 1200 élèves accompagnés de professeurs mais aussi des citoyens et associations sympathisantes se sont élancés depuis la gare des bus en direction de la Grand-Place, sous le regard plutôt compréhensif des habitants. Si certains brandissaient des pancartes où l’on pouvait par exemple lire «Pas de nature, pas de futur!», d’autres scandaient des calicots comme le désormais célèbre «on n’est plus chaud que le climat». Certains étaient même venus avec un sac-poubelle pour ramasser les déchets rencontrés sur leur passage. « On voulait se démarquer et montrer que nous sommes prêts à passer à l’action», explique la jeune organisatrice de la marche.

Après cette première mobilisation, Salomé Marchal ne compte pas en rester là: «S’il faut, on reviendra pour nous faire entendre. Je vais aussi rencontrer le Bourgmestre pour lui faire part de certains projets. Il faudrait par exemple mettre en place des poubelles de tri dans les rues». De son côté l’association des parents de Saint-Albert a déjà fait part de ses revendications via une lettre adressée aux autorités communales: « A Jodoigne, nous pensons que des aménagements ambitieux doivent être réalisés pour garantir des parcours vélos plus sécurisés depuis les villages de la commune jusque dans nos écoles. Sur le plan environnemental, il faut que le développement urbain important soit synonyme d’aménagement boisé équivalent et que des projets concrets en matière d’énergies renouvelables soient initiés et soutenus au niveau local. Enfin, il faut qu’une politique locale plus ambitieuse soit menée à l’égard des déchets». Le Bourgmestre, Jean-Luc Meurice, a annoncé que sa porte était grand ouverte pour entendre les étudiants et qu’il était prêt à débloquer des budgets pour ces actions.

C.D. - équipe de rédaction

Autres actualités à Jodoigne

Articles les plus populaires

Les promotions autour de Jodoigne