Jodoigne - Les acteurs du monde de l’emploi, au château Pastur

Fin novembre, le plan de cohésion social de la ville de Jodoigne organisait son incontournable Matinée de l’emploi. « En cette période économique difficile, nous offrons la possibilité aux demandeurs d’emploi d’avoir un contact direct avec des entreprises et indépendant de la région qui engagent », explique Charlotte Bastaits du Service de Développement Economique de la commune.

Lancée en 2011, d’abord sous forme de soirée avant de devenir un événement matinal, ce salon de l’emploi rassemble une vingtaine de services pour répondre aux questions des demandeurs d’emploi : le Forem, bien évidemment, mais aussi l' ALE (agence locale pour l’emploi), l’UCM, Créajob, l’IFAPME de Perwez, l’espace publique numérique d’Incourt, Mire,… Des agences d’intérim et des organismes publics (la Province du Brabant wallon, la Police, la Défense) étaient également présents pour rencontrer de potentiels candidats, le tout dans une ambiance conviviale.

Une vraie demande

Si les participants préféraient que plus d’entreprises aient fait le déplacement, ils apprécient le fait d’avoir pu obtenir des informations concrètes. C’est le cas de Marlène qui, après avoir travaillé dans la restauration, cherche aujourd’hui à se réorienter : « J’ai pu avoir des réponses à mes questions comme sur la manière dont je peux clôturer mon contrat par exemple. J’ai aussi regardé les différentes possibilités de formation ».

En parallèle, des séances d’informations étaient également organisées à l’étage. La première portait sur les aides à l’emploi et la seconde sur la discrimination à l’embauche. Si elles ont été très suivies, c’est celle à propos de l’E-Réputation et Linkedin qui a eu le plus de succès. « Je suis une jeune diplômée en agronomie et c’est donc ma première recherche d’emploi », nous a raconté Angélique, 25 ans. « Je ne connaissais pas du tout Linkedin donc cette formation était très intéressante pour moi ». Valentin, lui, a préféré celle sur les aides à l’emploi : « Je suis français donc je ne connais pas très bien le système belge. J’ai l’impression que maintenant je suis mieux armé pour me lancer dans ma recherche d’emploi. »

Près de 150 personnes ont fait le déplacement, malgré la grève des TEC qui avait lieu ce jour-là. « Ce succès s’explique par le fait qu’il y a une vraie demande de ce type de salon de l’emploi », précise Charlotte Bastaits. « Cela permet de pallier les problèmes de mobilité en rassemblant les différents acteurs du domaine au même moment et au même endroit. Ainsi, les chercheurs d’emploi n’hésitent pas à faire le déplacement car cela en vaut la peine ». Il faut dire aussi que l’accent est mis sur la proximité et les offres d’emploi dans la région ; la mobilité étant un gros problème dans l’est de la province.

Candice Denis - équipe de rédaction

Autres actualités à Jodoigne

Articles les plus populaires

Les promotions autour de Jodoigne