Huy - La vieille cabine sur un rond-point

En octobre 2016, un automobiliste a heurté les sculptures de Robert Alonzi, placées sur le rond-point du quai d’Arona. L’œuvre intitulée «La fille au parapluie» n’a pas été remplacée depuis. D’où l’idée d’installer une ancienne cabine du téléphérique de Huy à cet endroit: «C’est un élément qui a marqué la vie hutoise pendant plus de 50 ans, relève l’échevin des travaux, Eric Dosogne. Il suffirait de rafraîchir la cabine et de la placer sur un socle adéquat qui puisse supporter son poids. Pour que le projet devienne réalité, nous devons toutefois encore obtenir l’accord du SPW. Il s’agit d’une route régionale et le SPW doit déterminer si le dispositif ne présente pas de danger pour les automobilistes.» Joseph George, l’échevin du tourisme embraie: «Rien n’est encore décidé. Nous avons pas mal d’idées, on verra ce qui se concrétise.»

Direction la station Batta?

Et le nouveau téléphérique où en est-il? «Le cahier des charges est en cours de rédaction, affirme l’échevin du tourisme. Nous avons mis trois conditions 1) Que les 3 stations -Batta, Fort, la Sarte- soient accessibles aux personnes à mobilité réduite, 2) Que le tracé soit identique à l’ancien, 3) Que le téléphérique soit rapide et que la montée puisse se faire de manière indépendante de la descente.» Les deux nouvelles cabines devraient être de mêmes dimensions que les anciennes, mais capables de porter des charges lourdes, pour monter des matériaux notamment.

«Le cahier des charges devrait être terminé cette année, dès que c’est fait, nous mettons le projet en adjudication car nous avons une bonne partie du financement» assure l’échevin. La Province a promis 1 million d’euros, le ministre Collin 800.000 euros. À ces chiffres, il faut aussi ajouter l’indemnisation des assurances liée au crash de 2012. Les travaux s’annoncent cependant longs: le téléphérique ne devrait pas redémarrer avant 2020.

N’est-il donc pas un peu étrange d’avoir déjà intégré le fléchage «téléphérique» dans la nouvelle signalétique de la ville de Huy. «Non, estime l’échevin du tourisme. Si nous ne l’avions pas fait, on nous aurait dit que nous n’avions pas l’intention de relancer le téléphérique. D’autre part, l’ancien fléchage n’avait jamais été enlevé.» Et les touristes ne sont-ils pas déçus d’arriver à la station Batta et de trouver porte close? «Non, car cela les intéresse aussi de savoir où était l’ancien téléphérique» affirme Joseph George.

L.M. - équipe de rédaction

Autres actualités à Huy

Articles les plus populaires

Les promotions autour de Huy