Houyet - Noisy: le permis de démolition «est illégal»

En novembre dernier, les habitants de Houyet ont décidé de se mobiliser afin de stopper la destruction du Château de Noisy, réclamée par son propriétaire. Pour rappel, la destruction de ce lieu magique a débuté durant l’automne 2016. Mais très vite, le chantier a été suspendu. Une partie importante du Château a déjà été détruite, dont les tourelles.

Plusieurs irrégularités

Les amoureux du Château ont tenté le tout pour le tout en introduisant un recours en annulation et une demande de suspension de permis au Conseil d’État. Ils évoquaient plusieurs irrégularités dans le permis.

L’avocat en charge du dossier, Alain Lebrun, a annoncé ce mercredi 19 avril que le permis serait bien illégal. «Le rapport de Monsieur le premier auditeur, chef de section, Quintin, a démontré que le permis d’urbanisme délivré par la commune de Houyet en vue de la destruction du château de Noisy était au moins illégal sur trois points

Ce rapport relève premièrement l’absence d’enquête publique. «Deuxièmement, la commune n’a pas expliqué pourquoi on s’écartait de l’avis rendu par la Commission royale des Monuments et Sites. Une étude sur les chauves-souris devait être réalisée en été et ce n’a pas été le cas. Troisièmement, la destruction du château ne pouvait pas se faire durant l’hiver, période d’hibernation des chauves-souris, or il s’est poursuivi durant cette période. Au lieu de tenir compte de ces conditions, la commune a introduit le permis. Soit, elle estime qu’elles ne sont pas pertinentes et motive sa décision, soit elle en fait des conditions impératives», poursuit Me Lebrun.

«Nous voulons que la commune retire ce permis»

Ce dernier invite la commune de Houyet à réagir. «La suite normale pour une commune, consciente de ses erreurs et de l’importance de respecter la loi, serait qu’elle retire le permis. Elle pourrait ensuite partir sur de meilleures bases en expliquant pourquoi elle ne suit pas l’avis de la Commission royale des Monuments et Sites

Ce nouveau rebondissement permet surtout aux défenseurs du Château de gagner du temps. Me Lebrun ne veut pas donner à nouveau de faux espoirs à ceux qui espèrent tant que le château reste debout. «On vit dans un monde où rien n’est définitif. Le permis doit être pris dans les règles, commençons par ça. Pour moi, ce dossier n’est pas mûr

L’avocat a un avis bien arrêté sur la question. «On comprend que le propriétaire n’ait pas les moyens de rénover le château, mais est-il indispensable de le démolir? Certains châteaux ont été rénovés des siècles plus tard. Cette décision est très curieuse et ne paraît pas conforme à l’esprit de noblesse ni au bon sens à moins qu’il y ait d’autres motifs qu’on ne nous dit pas. Nous demandons que la commune retire son permis! Qu’elle reprenne la procédure là où elle a dérapé», déclare Me Lebrun. Il faudra maintenant attendre la décision finale du Conseil d’État.

LM - équipe de rédaction

Autres actualités à Houyet

Articles les plus populaires

Les promotions autour de Houyet