Hannut - Complexe aquatique: un promoteur fin 2017

Dans le cadre du projet de complexe aquatique, les élus hannutois viennent de franchir une étape importante. Jeudi 20 avril, lors du conseil communal, ils ont voté l’acquisition du terrain de 2,5 ha, rue de Landen, à la limite de la frontière linguiste. Le tout pour un montant total de 277.000 euros.

Dans le projet de parc aquatique mené avec la commune de Landen, le collège hannutois veut désormais avancer. Et vite. S’agissant d’un partenariat public-privé, ce jeudi soir, lors du conseil communal, Manu Douette (MR) a présenté les différentes étapes de la procédure qui doivent conduire à la désignation du partenaire privé.

Première étape: l’acquisition du terrain. Elle a été proposée au vote jeudi soir et approuvée à l’unanimité par les conseillers. Les deux communes s’étaient déjà entendues sur le lieu d’implantation et convenu que le complexe serait construit à Hannut, juste à la frontière avec Landen. Le collège a arrêté son choix sur un terrain de 2,5 ha, situé rue de Landen, «assez éloigné des dernières maisons afin d’éviter les nuisances», a rassuré le bourgmestre. Terrain qui sera ensuite revendu au promoteur qui aura été désigné.

Montant total des transactions: 277.000 euros. Car il s’agit bien de transactions plutôt que d’achats directs, comme l’a expliqué Douette. «L’un des propriétaires ne souhaitait pas vendre son terrain mais échanger». Comme la Commune ne possède pas de terre agricole, elle s’est tournée vers le CPAS pour pouvoir faire ensuite l’échange avec le propriétaire privé.

Affiner le projet

En zone agricole, le prix étant plus élevé, pour obtenir les 2 hectares souhaités, la commune devra offrir 4 hectares, a encore précisé Manu Douette.

La prochaine étape: la désignation du promoteur privé. Celle-ci se déroulera en deux temps, «Dans un premier temps, en juin, reprend le bourgmestre, nous allons désigner, non pas un promoteur, mais un groupe de promoteurs, sur base d’un premier cahier des charges dans lequel on retrouvera comme éléments: le terrain, le prix de vente, ce qu’on souhaite comme bassin public et le montant que les deux communes sont prêtes à lancer dans l’aventure.» Ce montant a été plafonné à 500.000 euros par an et par commune, pendant 25 ans.

Le but de ce processus en deux temps est d’aider les deux communes à affiner leur projet. «Nous n’avons pas leur expertise en complexe aquatique», admet Manu Douette. «Lorsque les promoteurs auront été désignés, nous allons voir ce qu’ils souhaitent pour rédiger un second cahier des charges», poursuit le bourgmestre.

C’est sur base de ce second cahier des charges que le partenaire privé sera désigné. «Fin 2017», tablent les élus.

L.M. - équipe de rédaction

Autres actualités à Hannut

Articles les plus populaires

Les promotions autour de Hannut