Gembloux - Le miscanthus pour gérer les coulées boueuses

Dans ce contexte, ValBiom et la Ville de Gembloux ont procédé à une démonstration de plantation et à une séance d’information ce vendredi 5 mai au Rond-Point de la Croisée, entre la Chaussée de Namur et la Chaussée de Tirlemont.

Le miscanthus comme rempart aux coulées boueuses

Les coulées boueuses constituent un phénomène fréquent sur des terres où des cultures de printemps (maïs, pomme de terre…) sont implantées. Leur impact est désastreux et coûteux, tant pour le voisinage que pour les agriculteurs.

Contre ces nuisances, le miscanthus apparaît comme une solution à ne pas négliger. Cette culture pérenne agit contre les coulées boueuses à plusieurs niveaux. Fascine moyenne à forte, elle ralentit les écoulements boueux et favorise la sédimentation des boues. En outre, elle tend à augmenter la capacité d’infiltration des parcelles par rapport aux bandes enherbées, ce qui réduit les quantités d’eau en aval.

Une chaudière biomasse pour consommer le miscanthus produit

Le financement de la Ville de Gembloux pour la plantation de 3 à 4 hectares de miscanthus s’est révélé capital pour que les agriculteurs de la commune prennent part au projet. La garantie du rachat du miscanthus produit par les bandes a également appuyé l’initiative.

Le home «Le Foyer» de Bothey, un établissement pour personnes handicapées, planche actuellement sur l’installation d’une chaudière biomasse. Le Foyer pourrait ainsi réduire ses factures de chauffage tout en permettant aux agriculteurs d’écouler leur production de miscanthus et de maintenir les dispositifs antiérosifs en place. Combustible renouvelable, le miscanthus va permettre d’éviter l’émission de 184 tonnes de CO2.

Une collaboration réussie entre plusieurs acteurs

L’ASBL ValBiom épaule le montage du projet depuis ses origines. Elle a réalisé l’étude de préfaisabilité (gratuite) pour l’installation d’une chaudière biomasse au Foyer de Bothey. En collaboration avec la Ville de Gembloux et le CIPF (Centre Indépendant de Promotion Fourragère), ValBiom a ensuite rencontré les agriculteurs locaux pour équiper les endroits pertinents de dispositifs antiérosifs miscanthus. Enfin, la FWA (Fédération Wallonne de l’Agriculture) a fourni un appui juridique au projet.

- équipe de rédaction

Autres actualités à Gembloux

Articles les plus populaires

Les promotions autour de Gembloux