Gembloux - Un grand cortège pour le centenaire de l’Armistice

Le 11 novembre 1918, la Première Guerre mondiale prenait fin en forêt de Compiègne, clôturant ainsi quatre années de batailles terriblement meurtrières. Partout dans le monde, des hommages ont été rendus, à l’occasion du centenaire de cet Armistice, page clé de notre histoire. Alors qu’en France, de nombreux chefs d’État se sont réunis devant l’Arc de Triomphe à Paris, plusieurs cérémonies se sont également tenues en Belgique, afin d’honorer le souvenir de ces soldats et civils morts pour la patrie. La ville de Gembloux n’a évidemment pas manqué à l’appel, en organisant toute une série de commémorations, dès le vendredi 9 novembre. Ce jour-là, les villages de l’entité ont accueilli un Relais Sacré, avec deux circuits: l’un partant de Beuzet et aboutissant dans le centre-ville (Place Saint-Jean), l’autre démarrant des Isnes et arrivant au même endroit que le premier.

Une centaine de personnes présentes

La matinée du dimanche fut, quant à elle, particulièrement dense. Dès 9h30, un premier rendez-vous était fixé au cimetière de Gembloux pour un moment de recueillement auprès du Monument aux Morts et des tombes des soldats britanniques. À 10h, avait lieu une messe en hommage aux victimes des guerres, en l’église décanale. Une heure après, un cortège s’est alors formé au Parc d’Epinal (nouvel Hôtel de Ville), alors que sonnaient symboliquement les cloches du Beffroi, à l’occasion de ce centième anniversaire. Responsables et porte-drapeaux d’associations patriotiques, échevins et conseillers, vice-doyen de la Faculté, professeurs, chefs d’établissements scolaires et citoyens d’honneurs étaient présents pour une marche solennelle, animée par la fanfare de Dongelberg. Le parcours, suivi par une centaine de citoyens, se composait de trois étapes: l’Athénée Royal, la Gembloux Agro-Bio Tech et le Monument aux Morts de la Place Saint-Jean.

La jeunesse à l’honneur

À chacun de ces lieux, une prise de parole était préparée par des jeunes, que cela soit des élèves de l’Athénée, des étudiants de la Faculté ou les Louveteaux de l’Unité Saint-Guibert. Ceux-là avaient pour mission de citer les noms de ces Gembloutois morts pour la patrie, avant d’observer une minute de recueillement au son de la Brabançonne. Après avoir déposé des gerbes de fleurs aux endroits symboliques, le bourgmestre Benoît Dispa a mentionné l’importance de mettre en valeur cette jeunesse, figure d’avenir. «Les plus jeunes d’entre nous ont un rôle déterminant à jouer. C’est pourquoi il est si important que les élèves des différentes écoles de l’entité s’associent, avec leurs professeurs et leur direction, à ces cérémonies. Les jeunes doivent s’approprier notre histoire collective pour éviter de reproduire les erreurs et horreurs du passé. Puissent-ils concevoir l’avenir comme une maison commune, basée sur la paix, la liberté et l’ouverture sur le monde», a-t-il ainsi souligné, pour que 100 plus tard, le devoir de mémoire soit toujours présent.

M.R. - équipe de rédaction

Autres actualités à Gembloux

Articles les plus populaires

Les promotions autour de Gembloux