Gembloux - Repair Café: une vingtaine d’objets réparés par mois

Depuis sa création, le Repair Café de Gembloux connaît un beau succès. S’inspirant des Repair Café organisés dans les grandes villes, il a été créé par plusieurs bénévoles gembloutois dont Patrick Hoebeke, âgé de 38 ans et employé d’un bureau d’études en énergie renouvelable. Il a lieu tous les 3e jeudis du mois au foyer communal.

Appareils d’électroménager, meubles, vêtements ou autres passant par les mains de l’un des bénévoles pour être remis à neuf.

Contre l’obsolescence programmée

L’objectif est de lutter contre l’obsolescence programmée imposée par les marques. «J’ai trouvé ce concept très chouette et comme il n’y en avait pas sur Gembloux, je l’ai lancé. Pas mal d’amis se sont aussi impliqués dans le projet», explique Patrick Hoebeke, Gembloutois de cœur depuis une dizaine d’années.

«La société de consommation nous rend malade. Le but est de produire un maximum d’objets et qu’ils ne durent pas pour que les gens rachètent toujours. On trouve ça aberrant et pas durable. Le but est de pouvoir réutiliser les objets et aussi limiter les déchets

La première édition du Repair Café a eu lieu en novembre 2015 dans le bar D’autres Mondes, un espace citoyen. «Ça s’était super bien passé, bien au-delà de nos espérances. On a très vite compris que l’espace serait trop petit pour les prochaines éditions

La petite équipe s’est mise à la recherche d’un endroit plus grand. «On a rentré un dossier auprès de la Ville. Celle-ci lançait un appel à candidatures dans le cadre d’un plan de cohésion sociale. C’est notre projet qui a été sélectionné. On a donc pu louer le foyer communal», poursuit le bénévole.

Les Repair Café sont organisés chaque 3e jeudi du mois, de 20h à 22h au Foyer communal. Chaque édition compte une vingtaine de participants. «Chaque soirée, on répare environ une vingtaine d’objets cassés. On a souvent des petits appareils d’électroménager comme des grille-pains ou des mixeurs. Mais on a parfois aussi des objets plus insolites. On a une fois eu une tondeuse et un coucou

Pour s’attaquer aux réparations, chaque bénévole apporte son matériel. «Nous sommes environ une quinzaine. Comme tout le monde n’est pas disponible à toutes les dates, on essaie d’avoir un bon noyau pour qu’à chaque édition, environ 8 bénévoles soient présents. Certains sont bricoleurs, d’autres un peu moins. Nous sommes d’ailleurs actuellement à la recherche de bénévoles.»

Créer du lien social

Mais l’événement mensuel a aussi pour but de créer du lien social.

«C’est le même principe que quand une personne va voir son voisin pour faire réparer quelque chose. Mais tout le monde ne connaît pas ses voisins et tous les voisins ne savent pas réparer les objets. On veut mettre en commun le savoir-faire de chacun. Le but est d’alléger le budget des ménages, en évitant de devoir acheter un nouvel objet, mais aussi de permettre aux personnes possédant un savoir-faire de le transmettre, de tisser des liens intergénérationnels, de rencontrer ses voisins, d’autres habitants du quartier ou plus loin autour d’une problématique originale

La participation à l’événement est libre.

«On ne voulait pas qu’il y ait de barrière sociale pour les gens qui ont du mal financièrement. On a placé des tirelires afin que chacun y mette ce qu’il veut, mais ce n’est pas obligatoire. Cela permet de faire une cagnotte pour soutenir le projet

Le Repair Café fait partie de «Go Gembloux Optimist» un collectif composé de différents acteurs qui organise de nombreuses initiatives. «On s’est dit que si le changement ne vient pas d’en haut, c’est nous qui devons le créer», conclut Patrick.

C.P. - équipe de rédaction

Autres actualités à Gembloux

Articles les plus populaires

Les promotions autour de Gembloux