Froidchapelle - «Cimetière Nature», enfin un label

Depuis deux ans, la Wallonie a, en effet, lancé un label «Cimetière Nature», dans le cadre du Programme Wallon de Réduction des Pesticides.

Aujourd’hui, 89 cimetières ont ainsi reçu ce label. Parmi eux, la Commune de Froidchapelle, qui dès le départ de l’appel, se lançait dans ce processus novateur et recevait la labellisation (niveau 1) pour 5 de ses cimetières, et rejoignait ainsi les 42 premiers cimetières labellisés.

L’an dernier, 32 nouveaux cimetières viennent s’ajouter à cette liste.

Pour obtenir le label, les communes s’engagent au travers d’une convention à modifier leur principe de gestion de l’un ou de plusieurs de leurs cimetières en y favorisant le développement de la nature. Le label est évolutif et est composé de trois niveaux.

Le premier niveau de labellisation se veut «facilement» accessible et requiert essentiellement une motivation réelle concrétisée par quelques réalisations sur le terrain. Les niveaux 2 et 3 impliquent des réalisations progressivement plus conséquentes.

Les objectifs visent donc différentes thématiques dont une végétalisation la plus importante et variée possible au vu des contraintes de l’endroit, un développement de la biodiversité via la présence de plantes indigènes, la création d’une pièce d’eau naturelle ou le placement de nichoirs, une lutte contre les espèces invasives, une meilleure gestion de l’eau et des déchets possible, l’installation d’espaces de recueillement agréables et naturels. Les communes qui le souhaitent sont accompagnées par les ASBL Ecowal et le Pôle de gestion Différencié, toutes deux soutenues par la Wallonie.

C’est donc un énorme effort de pédagogie qui est mené, depuis près de deux ans, pour convaincre le public que le respect des disparus est compatible avec l’admission, dans les cimetières, de fleurs et d’animaux «sauvages» aptes à symboliser le renouveau, la vie, le sacré sous toutes ses formes, mais également à réduire dans ces espaces publiques les intrants chimiques.

On y a remplacé le gravier par du gazon dru et résistant, capable de supporter le piétinement. On y a semé, entre les tombes, des végétaux couvrants et permanents qui n’exigent plus le passage régulier des pulvérisateurs. Ici et là, on a même permis à des apiculteurs d’installer leurs ruches dans des prairies fleuries (à Lasnes) ou on a creusé des mares à côté d’aires de dispersion des cendres (à Sombreffe).

CaT - équipe de rédaction

Autres actualités à Froidchapelle

Articles les plus populaires

Les promotions autour de Froidchapelle