Fraiture - La passion de la radio

Sa passion, et qui devint son métier et son occupation principale, fut la Radio. En 1930, âgé de 8 ans, le virus, communiqué par son frère, commença à s’infiltrer dans son esprit et, dès ce moment, il sut quel serait son avenir. Ayant bien «travaillé à l’école», sa maman lui offrit des livres de vulgarisation et il parvint à construire un poste à galène. C’était le début… Après ses études primaires, il fallait bien gagner sa vie. Il fut tailleur de pavés dans une carrière, puis porteur de dépêches pour les Chemins de Fer où il eut la possibilité d’apprendre le Morse.

À la déclaration de la guerre de 40-45, en revenant à Fraiture après une évacuation de quelques mois en France, il était sans travail. Il fut alors engagé chez le photographe Brisbois à Sprimont (magasin situé en face de l’actuelle boulangerie-pâtisserie Remacle) où en plus des travaux de laboratoire, il répara de nombreux postes de radio, à lampes à cette époque, vendu par le photographe et par d’autres, incapables de les réparer.

Pendant la guerre, il fut réfractaire au travail en Allemagne et membre actif de la Résistance locale. Dès la fin des hostilités, il travailla chez Philips à Liège, puis chez Sierra. Très sollicité par les possesseurs de récepteurs qui tombaient souvent en panne, il se «mit à son compte» et devint très vite une véritable référence dans le dépannage des radios et des téléviseurs. Radioamateur passionné en ondes courtes, sous l’indicatif ON7MO, avec un matériel de haute qualité, souvent bricolé par lui-même, il y a peu de temps qu’il vient de cesser d’émettre.

Marcel Mossay, Fraiture 55, Sprimont.

A. Dechamps - équipe de rédaction

Autres actualités à Fraiture

Articles les plus populaires

Les promotions autour de Fraiture