Fléron - Le projet lancé en 2015 est devenu l’Espace culture

Le Maïeur aussi l’attendait, car elle vient enrichir le réseau des moyens de culture de la commune. « La culture est une richesse que l’on doit pouvoir partager dans la proximité, c’est le sens de cette nouvelle salle », a-t-il dit après en avoir attribué le mérite à son Echevin, Monsieur Ancion, qui l’a initiée, son Echevine, Madame Lejeune, qui, bien aidée par Madame Lermusiaux, responsable du suivi, a veillé à sa réalisation. Madame Lejeune s’est ensuite fait un devoir de la remercier, ainsi que la très longue liste des entreprises – toutes wallonnes – qui ont œuvré sur le chantier et ne nous en voudront pas de ne pas les citer dans le cadre étroit de cet article. Elle n’a pas oublié de remercier les ouvriers communaux pour l’aménagement de l’espace extérieur et les techniciennes de surface pour tous les rangements et nettoyages. Lui succédant à la tribune, Monsieur Ancion a parlé de la bibliothèque, car si la salle est nouvelle, elle n’est pas la seule à avoir vu passer les corps de métier. La bibliothèque a été entièrement reliftée et est maintenant ouverte sur l’extérieur. Un des anciens bureaux est garni d’ordinateurs pour les cours d’informatique aux seniors, un autre est consacré aux livres et documentations pour adultes. L’entrée par l’avant du bâtiment débouche sur l’accueillant bureau des bibliothécaires. A la question « Pourquoi encore investir dans une bibliothèque? », l’Echevin répond en citant un article de La Libre qui, sous le titre « Un enfant qui lit sera un adulte qui pense », publie le résultat d’une étude Pirls réalisée en 2016 dans 61 pays ou régions pour qualifier le niveau de lecture des jeunes. Le résultat est catastrophique et décevant pour les élèves belges francophones qui se classent en dernière position des pays de l’Union. A méditer!

Après avoir fait l’éloge de la culture qui caractérise un peuple – ses traditions, son folklore, sa langue, sa musique, son art, sa religion…–, il poursuit en estimant « qu’il faut sans cesse se convaincre de l’utilité de développer des politiques culturelles et ne pas considérer la culture comme la 5e roue de la charrette » et termine en remerciant ses collègues du Collège communal d’avoir compris l’importance d’un tel outil pour Fléron, et les entreprises et ouvriers communaux, comme l’a fait Madame Lejeune. Mais le dire une deuxième fois ne fait pas de tort, a-t-il conclu!

Le verre de l’amitié était servi et chacun pouvait visiter à son aise le nouveau décor!

F.BOVY - équipe de rédaction

Autres actualités à Fléron

Articles les plus populaires

Les promotions autour de Fléron