Fléron - Une initiative qui ne manque pas de SEL!

Il y a un peu plus d’an, un Système d’Entraide Local (SEL) a vu le jour à Fléron. Il s’agit d’un réseau d’amis et de voisins coordonnés par le Plan de Cohésion Sociale de Fléron, qui souhaitent s’entraider ponctuellement en échangeant des services ou des savoirs. Une soirée de présentation aura lieu le 15 septembre afin de mieux faire connaître ce service au public.

Des initiatives de ce genre existent dans tous les pays. Les SEL sont nés à la fin des années 70 au Canada et ont essaimé aux Etats)-Unis, dans les pays Anglo-Saxons et en France. Ils se développent aussi en Belgique par le biais des Plans de Cohésion sociale des communes notamment. « C’est une façon de réorganiser du lien social, d’améliorer la qualité de vie locale, dans une société dominée par le profit, de retrouver comme autrefois le plaisir d’échanger de petits services gratuitement entre voisins » explique Florence Decerf du Plan de Cohésion sociale de Fléron. Certains SEL utilisent une monnaie fictive mais à Fléron les membres échangent une heure de service contre une heure de service. Pour être membre, il faut payer une cotisation de 5 euros par an et adhérer à la charte du service. Les inscrits ont accès à une plateforme informatique (ou une brochure) qui donne la liste de tous les membres, leurs coordonnées et les services qu’ils proposent. Les services entre membres sont entièrement gratuits excepté pour les frais qu’ils peuvent engendrer. Exemple: Si Sophie propose de faire un gâteau pour Jean, c’est jean qui paie les ingrédients.

Bien plus qu’un échange de service

Les services proposés vont de l’informatique au jardinage en passant par le baby-sitting, la couture, les petites courses pour les personnes âgées, les cours de néerlandais ou le bricolage. La personne qui rend un service peut en demander un autre dans tout le réseau. « Tout le monde peut rendre service. Cela permet de valoriser ses compétences » témoigne Maria, membre du groupe, qui propose des conversations en langues et des corrections orthographiques. « C’est aussi une façon de rompre la solitude » reprend Anne qui offre un service original de rénovation de nains de jardin! « Peinture et réparation » précise-t-elle, mais aussi de la cuisine et du reïki.

Des réunions sont organisées toutes les six semaines pour faire le point, échanger des idées, résoudre les problèmes éventuels. « Un membre a proposé d’organiser des balades, ce qui a enchanté tout le monde. Cela va parfois bien au-delà de l’échange de services » explique Maria. Les fêtes et rencontres collectives permettent aussi aux personnes de se rencontrer et de faire plus ample connaissance. « Des affinités et même des amitiés se créent. Je n’aurais jamais eu l’idée de faire appel à Anne si je ne l’avais pas rencontré » confie Maria « Ce sont des moments de convivialité et de détente où chacun apporte un plat, une boisson, une tarte ou un gâteau.» Chacun peut y échanger sur ses expériences.

Aujourd’hui le SEL de Fléron compte une vingtaine de membres. « Ce sont en général des femmes de 40 ans et plus. Mais nous avons aussi des hommes. Nous aimerions toucher les plus jeunes, mais c’est plus difficile. Nous avons quand même déjà un noyau d’irréductibles! Il faut préciser que les chômeurs ou les personnes qui ont une petite pension ont le droit de s’inscrire car ce n’est pas considéré comme du bénévolat » ajoute Florence Decerf. « Ce genre de projet bouscule un peu les mentalités évidemment et il faut du temps pour démarrer. Il faut accepter de donner sans contrepartie financière et faire confiance à l’autre. Cela va un peu à contresens de nos habitudes ». Les membres s’activent pour participer au petit-déjeuner Oxfam à Magnée ou au Marché de Noël de Retinne.

Le fonctionnement du SEL vous y sera expliqué en détail et dans la convivialité. Alors n’hésitez pas à apporter votre grain de… sel!

Tél.: 04/355 91 82

cohesionsociale@fleron.be

Nadine Romieu - équipe de rédaction

Autres actualités à Fléron

Articles les plus populaires

Les promotions autour de Fléron