Falmignoul - Nos brasseries ont besoin d’orge

Avec plus 100 de brasseries et un plateau qui dépasse les 250 breuvages, la bière est, sans conteste, l’un des produits phares de la Wallonie.

«Si une grande majorité de l’orge brassicole belge (91%), élément naturel indispensable à sa fabrication, est produite sur le territoire wallon, les quantités semées ne cessent de diminuer», déplore René Collin, le Ministre wallon de l’Agriculture. «La faute en incombe notamment au différentiel prix insuffisant entre une céréale «tout venant» et une céréale technologiquement appropriée pour la filière.»

Sur base de cette réalité, le Ministre wallon de l’Agriculture, a dévoilé à la brasserie Caracole à Falmignoul, le Plan Stratégique de Développement de l’Orge Brassicole 2017-2027.

Huit actions

René Collin et ses partenaires ont défini huit actions pour tenter d’atteindre le changement attendu.

1) Rendre disponible plus de données pour piloter le développement de la filière.

Il y a peu de statistiques à jour concernant le secteur des grandes cultures, plus particulièrement des céréales. La Belgique est par ailleurs une plaque tournante du commerce européen de céréales et des produits finis céréaliers, ce qui rend les statistiques commerciales complexes à exploiter. Il n’existe plus de bilan d’approvisionnement pour les principales céréales depuis 2004, et la dernière étude au niveau de la Région wallonne date de 2009-2010.

2) Démarrer le développement au travers d’un noyau pilote d’acteurs de la filière intéressés par le local et le prix juste

Les opportunités existantes de la demande doivent trouver une offre adaptée. Dès 2018, il sera important de mettre en lien cette offre et cette demande autour des pionniers volontaires. La demande de malt bio étant en croissance, il est également important d’intégrer cette composante dans la constitution de l’offre.

3) Assurer la disponibilité d’un encadrement technique des producteurs.

La personne employée par l’ASBL POB part à la retraite fin 2017, et le budget actuel du POB ne permet pas de le remplacer. Au travers du CEPICOP, il est pourtant important de préserver et développer des compétences techniques spécifiques à l’encadrement des Producteurs sur les sujets suivants.

4) Assurer la disponibilité de services neutres de «facilitation filière»:

Au-delà de la réussite individuelle de chaque acteur, le développement de la filière nécessitera de canaliser les volontarismes et de favoriser la confiance entre les acteurs.

5) Donner une reconnaissance officielle aux filières qui le demandent.

Afin de canaliser la demande pour des bières locales à prix justes, des démarches de reconnaissance officielle pourraient être appuyées. Celles-ci permettraient en outre de bénéficier de plus de soutien en matière de promotion.

6) Canaliser la demande au travers de promotions ciblées.

Afin de canaliser la demande pour des bières locales à prix justes, des actions de sensibilisation des consommateurs et de promotion devraient être développées.

7) Soutenir la croissance de l’offre au travers d’un groupement de producteurs et de capacités de stockage

8) Soutenir l’adéquation de la qualité de l’offre avec les attentes de l’industrie.

Gageons qu’avec un tel plan, l’orge, l’une des pépites d’or de nos bières, redorera nos prairies!

B. G. - équipe de rédaction

Articles les plus populaires

Les promotions autour de Falmignoul