Erquelinnes - Lauric Jean, le regard toujours tourné vers l’avenir

Originaire d’Erquelinnes, Lauric a découvert le tennis de table très jeune. « C’est mon père qui m’a fait découvrir ce sport», se souvient-il. «J’avais 5 ans et j’ai accroché tout de suite. »

Au point de très vite voyager pour participer à des compétitions. « J’ai commencé au TTC d’Erquelinnes, ensuite j’ai fait un passage de quelques années à la Vilette de Charleroi. J’ai été, à l’époque, numéro 1 européen chez les cadets. J’avais moins de 15 ans et c’est à ce moment-là que j’ai commencé à participer à des tournois à l’étranger. »

Après avoir quitté la Vilette, c’est en Allemagne qu’il exporte son talent. «Exact, quand j’étais junior je suis parti rejoindre le TTC Inderland Jüllich en Division 2 allemande. J’y ai même été le meilleur performeur avec un bilan de 27 victoires pour 4 défaites. »

Une réussite qui ne passe pas inaperçue en Belgique puisque Lauric rejoint l’équipe nationale.

«On est quelques joueurs à en faire partie donc je ne joue pas tout le temps, mais je fais encore partie du groupe et c’est une de mes ambitions de m’y imposer », souffle-t-il.

De retour à la Vilette

Cette saison, il est de retour à la Vilette et les objectifs sont nombreux. « Le projet qu’on m’a présenté m’a tout de suite séduit. On sent que le club a de grandes ambitions, l’envie de retrouver les sommets, de retrouver les grandes compétitions européennes et c’est aussi mon objectif. Donc c’était quasiment naturel de revenir pour moie n’ai pas hésité une seule seconde. »

Considéré depuis très jeune comme le grand espoir du ping en Belgique, Lauric Jean n’a pas changé.

Résolument tourné vers le futur

Son regard est toujours vers l’avenir. « A la sortie du prochain classement, je devrais être situé entre 150e et 200e place mondiale. Mon ambition est intacte : être le plus performant possible et monter dans le classement mondial. »

Et il le sait, une carrière dans le tennis de table, ça peut durer…« Jean-Michel Saive est un exemple pour nous tous. Mais il ne faut pas croire qu’il a eu une si belle carrière en mangeant des donuts et en restant assis dans son canapé (rire). C’est du travail et de la persévérance et on essaie de tous de s’en inspirer », souffle Lauric Jean admiratif.

P.G. - équipe de rédaction

Autres actualités à Erquelinnes

Articles les plus populaires

Les promotions autour de Erquelinnes