Erezée - Retour massif du saumon dans nos rivières

Une première étape à la création d’un centre de recherche interuniversitaire wallon en aquaculture vient d’émerger. René Collin, le ministre wallon de la Nature, a en effet signé une convention de partenariat entre la Wallonie et l’Université catholique de Louvain. Renouvelable au terme de sa durée de dix ans, cet accord prévoit le transfert d’une partie des activités, des équipements ainsi que des plus gros spécimens de salmonidés du Centre de pisciculture Marcel Huet de l’UCL, vers le Conservatoire du Saumon Mosan CoSMos, à Erezée.

Cette structure gérée par la Région wallonne consacre l’ensemble de son activité au rétablissement du cycle complet du saumon atlantique, poisson emblématique du bassin mosan et des rivières ardennaises disparu vers 1940, dans le bassin de la Meuse. Ce projet «Saumon Meuse» a été initié par le Service de la Pêche du Département de la Nature et des Forêts, en collaboration avec les Universités de Liège et de Namur.

«Initié en 2010, le repeuplement a permis la capture de 200 saumons adultes dans le bassin mosan entre 2014 et 2017», souligne René Collin.«Rien qu’en 2017, CoSMos a produit et déversé dans les rivières wallonnes environ un million de juvéniles de saumon atlantique.»

Des échelles à poissons ont par ailleurs été construites sur les grands barrages mosans, afin de restaurer la libre circulation des poissons, en particulier celle des poissons migrateurs.

«Le saumon, dont le cycle vital s’étale sur plusieurs milliers de kilomètres, depuis nos rivières ardennaises où il naît, jusqu’au Groënland où il grossit dans l’Atlantique Nord, reflète l’état de santé général de nos mers et rivières», ajoute René Collin. «Le saumon constitue un excellent bio-indicateur de la santé de nos écosystèmes aquatiques.»

Une alimentation durable

Avec cet accord, l’Université Catholique de Louvain rejoint donc les acteurs académiques déjà liés au programme «Saumon Meuse». Plus concrètement, son groupe de recherche entend développer la production en eau douce, de saumons de qualité nutritionnelle supérieure, sans contaminants chimiques et riches en nutriments essentiels.

«Le projet a déjà séduit un industriel et devrait rapidement en séduire d’autres», se félicite le Professeur Yvan Larondelle, de l’Institut des Sciences de la Vie et de la Faculté des bio-ingénieurs de l’UCL. «Il s’agit d’une des pistes suivie par la Wallonie pour redynamiser son aquaculture. Les chercheurs envisagent la production de chair, et, ou, d’œufs de saumon à haute valeur ajoutée, qui seront proposés aux restaurants et magasins haut de gamme. Une attention toute particulière sera apportée à l’aspect durable de cette production de sorte que la qualité supérieure des saumons se fasse sans impact négatif pour l’environnement, notamment en veillant à une alimentation durable des salmonidés.»

René Collin a pour sa part également mis en avant la complémentarité du partenariat existant entre RIVEO et CoSMos. «Ce dernier promeut à la fois une approche touristique qui se veut didactique et nature, et l’apport scientifique conséquent qu’apporte l’UCL», insiste le Ministre. «Cette approche se traduit aussi par l’émergence d’un centre de recherche interuniversitaire en aquaculture d’eau froide, qui réunit l’ensemble des compétences régionales en biologie aquicole. »

B. G. - équipe de rédaction

Autres actualités à Erezée

Articles les plus populaires

Les promotions autour de Erezée