Durbuy - Des caméras placées pour surveiller les motos

Le conseil communal s’est réuni lr 31 mai à Durbuy. À l’ordre du jour figurait l’installation de caméras de surveillance à plusieurs endroits de la vieille ville, dont l’ancien parking des statues de sable où les commerçants et employés du vieux Durbuy sont amenés à stationner.

«Dans la mesure où cet endroit est peu fréquenté l’hiver, l’installation d’un système de vidéosurveillance offrira plus qu’un sentiment de sécurité aux usagers, explique le bourgmestre Philippe Bontemps. L’idée n’est pas neuve. Elle fait son chemin depuis un an déjà.»

Les conseillers ont approuvé les conditions et le mode de passation du marché. Le point prévoit aussi l’installation de caméras sur le parking de l’anticlinal dédié au stationnement des motos. Le dispositif pourrait intégrer une application smartphone permettant aux motards de garder un œil sur leur bécane par l’intermédiaire de leur téléphone. «Mais il est encore trop tôt pour en parler », tempère Francis Dumoulin, échevin du Budget et des Finances. Dans les années à venir, la surveillance vidéo pourrait s’étendre à d’autres secteurs de la vieille ville, comme le parc à immondices situé à proximité du parking de l’ancien minigolf, ou encore les ruelles du vieux Durbuy. «Ces projets feront l’objet de lots séparés. Il s’agit pour l’instant d’avoir un système qui pourra par la suite évoluer vers des caméras supplémentaires.»

La commune a décidé d’intenter une action en justice à l’encontre de l’entrepreneur liégeois chargé du renouvellement des toitures à versants de l’école communale de Heyd. Lancé en août dernier, le chantier à accumulé retard et malfaçons. «Nous avons constaté de gros manquements au niveau de la qualité du travail presté», déplore le bourgmestre. «Il y a une semaine, il pleuvait à l’intérieur du bâtiment! La commune a bien essayé de trouver un accord à l’amiable, mais l’entrepreneur ne veut rien entendre.» Les deux parties ont chacune sollicité l’avis d’un expert différent, avec des conclusions divergentes à la clé. «Nous passerons donc par la justice. Il faudra ensuite désigner un nouvel entrepreneur sur base d’un nouveau cahier des charges prévoyant notamment le démontage des travaux mal faits. En attendant, nous procèderons au bâchage des toitures. »

LM - équipe de rédaction

Autres actualités à Durbuy

Articles les plus populaires

Les promotions autour de Durbuy