Dinant - Guido a réalisé le coq girouette de la Collégiale de Ciney

À Dinant, le travail du cuivre a donné naissance à un métier: le dinandier. Ils ne sont plus très nombreux mais c’est l’un d’eux, Guido Clabots, qui a réalisé le coq-girouette de la Collégiale de Ciney.

Guido Clabots a 68 ans et il travaille toujours dans l’atelier qu’il a repris en 1976. Dinantais de cœur, il vient pourtant de Bruxelles, dont il a gardé l’accent. Son père était dinandier, son fils l’est également. Seul petit souci, la surdité qui s’installe, conséquence des millions de coups de marteau donnés sur les pièces d’acier.

Trois générations

Dinandier, c’est hélas un métier en voie d’extinction. Alors les Clabots se sont adaptés. Ils produisent désormais également des ornements en zinc ou en plomb destinés aux châteaux, bâtiments d’apparat ou demeures bourgeoises. C’est à ce prix qu’il reste possible de pratiquer la dinanderie classique, c’est-à-dire le martèlement du cuivre ou du laiton jusqu’à lui donner la forme souhaitée.

Des coqs girouettes, Guido Clabots en réalise une vingtaine par an, de différents modèles. Car le coq reste une «valeur sûre». Pas de clocher sans son gallinacé qui, fièrement, indique la direction du vent. Celui de Ciney est du modèle «coq français», doré à l’or fin et mesurant 70 cm.

(www.matele.be) - équipe de rédaction

Autres actualités à Dinant

Articles les plus populaires

Les promotions autour de Dinant