Dinant - École Steiner: «Ici, le mot punition n’existera plus»

Une école sans pression et sans punition mais où les enfants apprennent à leur rythme et en étant proches de la nature… C’est possible. D’ailleurs, cette forme d’enseignement semble être davantage recherchée par les parents mais aussi par les professeurs. «On constate que les enfants ne s’expriment plus et qu’il y a une démotivation à apprendre. Il y a une pauvreté au niveau du langage. On soulève aussi plus de violence chez les jeunes. C’est pourquoi, on souhaite redonner la motivation aux élèves. Pour ça, il faut opter pour une autre forme d’enseignement, plus agréable et attractif», explique Fabienne Merelle, professeur en maternelle.

Cette prof, de l’école communale de Bouvignes (Dinant) et son équipe ont pris une décision. Dès la rentrée scolaire 2017, l’équipe pédagogique va enseigner, de manière partielle, la méthode Steiner Waldorf à sa quarantaine d’élèves de maternelle et de primaire.

Sur le rythme de l’enfant

Cette méthode se centre principalement sur le rythme de l’enfant. «Et elle repose sur trois aspects de l’élève comme le mental, le corps et le bien-être», explique Alexandra Leclere, la directrice des lieux.

En effet, cette méthodologie a notamment pour but de faire comprendre et découvrir l’être humain qu’on est et le monde où l’on vit. «Nous allons par exemple mettre la nature et l’éco-citoyenneté au sein de notre programme. Les élèves seront acteurs. Par exemple, nous avons déjà notre potager où nous cultivons nos légumes. L’année prochaine, les élèves feront eux-mêmes leur soupe et leur collation à base de ces produits sains. Ainsi, ils deviennent responsables. Et via cette activité, nous en profiterons pour voir les différentes mesures comme les kilos, les litres…», décrit la directrice.

Dans cette petite école dinantaise, chaque jour sera guidé par un thème particulier. Par exemple, le thème choisi le mardi sera les arts et gestes graphiques.«Lors de cette activité, on en profitera pour apprendre les figures géométriques aux élèves. Au lieu d’avoir quatre pages d’exercices dédiés aux formes géométriques, les élèves en auront deux. Mais nous aurons pris le temps de leur expliquer cela par des exemples concrets».

Côté mathématique, les élèves de primaire pourront, par exemple, aussi apprendre, les tables de multiplication en chantant. «Je suis persuadée que les cours où l’élève est assis toute la journée ne sont plus dans l’air du temps. C’est pourquoi, notre but est de rendre les matières attrayantes»

«Réparation» au lieu de «punition»

Avec cette méthode, la directrice et les profs assurent que les enfants seront aussi plus sereins. Car dans cet établissement scolaire, le mot punition n’existera plus.«Nous allons remplacer ce mot par réparation. L’élève devra expliquer pourquoi il a fait une bêtise mais il devra aussi réparer son erreur», explique la directrice.

L’école précise qu’elle enseignera seulement une partie de la pédagogie Steiner. Mais l’école ne veut pas non plus être considérée comme «une école bobo». «Nous avons eu des retours disant que les écoles Steiner sont «bobo». Les gens pensent qu’il n’y a pas de règles. Mais il y en aura. Ceci dit, nous voulons que les élèves se sentent libres tout en apprenant. Nous voulons revenir aux choses essentielles», conclut la directrice.

S.D. - équipe de rédaction

Autres actualités à Dinant

Articles les plus populaires

Les promotions autour de Dinant