Ciney - Tous contre Cheffert

Elle s’appelle «ICI» (comme «Intérêts cinaciens») et elle risque de faire un carton aux prochaines communales: une nouvelle liste vient de se créer à Ciney. Elle réunit le PS, le cdH et l’échevin MR Frédéric Deville. Très populaire (il a fait le 2e meilleur score en 2012), ce dernier est toutefois en froid, et le mot est faible, avec la majorité (MR-Union) à laquelle il appartient. Une partie de ses compétences lui a même été retirée.

Depuis plusieurs mois, tout le monde se demandait quel serait son avenir. Cette fois, il est clair. Frédéric Deville a décidé de s’allier avec la majorité de l’opposition dans une «super-liste». Mais attention, pas question pour ses membres de parler de «cartel» ou de «nouveau parti». Il s’agit d’un «mouvement citoyen». «On remet le citoyen au centre. On va partir à la rencontre des Cinaciens et réaliser notre programme avec eux.» Un discours un peu creux, mais qui est accompagné toutefois d’une mesure forte: dans la liste qu’ICI présentera aux communales de 2018, une grosse partie des 25 candidats ne seront membres d’aucun parti. Il est prévu que la liste comporte six candidats PS, six candidats cdH, six candidats MR (Frédéric Deville assure rester libéral) et 7 candidats de la «société civile». Concrètement, Frédéric Deville va aller chercher dans les villages des personnalités apolitiques mais très bien implantées localement.

Deville restera échevin

La création d’ICI apparaît cependant comme une union anti-Jean-Marie Cheffert, le bourgmestre (MR) actuel. Mais ses membres refusent catégoriquement de l’admettre. «Nous travaillions déjà à ce projet avant les affaires», explique Pierre Adam (PS), en référence au conflit Deville/Cheffert. «Loin de nous l’idée d’être revanchard. Nous n’allons d’ailleurs pas empêcher la majorité de travailler.» Par boutade, Frédéric Deville avance même que Jean-Marie Cheffert «peut postuler au sein du projet». Mais personne n’est dupe: l’idée reste d’en finir avec la gouvernance version Cheffert.

Pour les Cinaciens, malheureusement, il faudra encore attendre un an et demi pour que la situation politique de leur ville soit définitivement apaisée. Bien qu’il annonce qu’il affrontera Jean-Marie Cheffert en 2018, Frédéric Deville tient à rester échevin jusque-là! Il ne quittera en effet pas son poste. Et sans Deville, Jean-Marie Cheffert n’a plus de majorité au conseil, nécessaire pour «virer» son jeune échevin. «Le bourgmestre peut me retirer mes attributions, mais moi, je ne partirai pas.» Si cette mesure de rétorsion, qui apparaîtrait logique, est prise par Jean-Marie Cheffert, Frédéric Deville sera donc sans doute le seul échevin de Wallonie à être payé sans pouvoir travailler…

Mais la création de «ICI» ne change donc rien au problème actuel. À Ciney, la «majorité» n’en est plus une. On sait maintenant qu’en 2018, le duel Cheffert/Deville, déjà attendu, aura bien lieu.

LM - équipe de rédaction

Autres actualités à Ciney

Articles les plus populaires

Les promotions autour de Ciney