Chastre - La Fraise de Piroy souffre du froid

En avril ne te découvre pas d’un fil! Une expression qui a du sens. Le mois d’avril a enregistré des températures particulièrement froides pouvant aller en dessous de zéro. De nombreuses cultures se sont alors trouvées endommagées par le gel. Dans la nuit du 20 avril, Chastre a connu une vague de froid allant jusqu’à moins six degrés.

La Fraise du Piroy en a d’ailleurs subi les conséquences, une info relayée par nos confrères de Canal Zoom. Alors en pleine floraison, les bourgeons des fraisiers ont été touchés par le gel. «Il est arrivé dans la nuit de mercredi à jeudi mais il s’est intensifié entre 4h et 8h du matin», explique Pierre-Yves Charlier, producteur de la Fraise du Piroy. «Ce gel a engendré une perte de 30% de nos bourgeons.» poursuit-il. Il annonce dès lors une récolte plus pauvre pour cette année.

Au-delà de la récolte, c’est aussi du temps et de l’argent qui sont partis en fumée avec le gel. En effet, les fraisiers étaient plantés depuis le mois d’août et étaient censés être cultivés en mai. Ce qui représente 9 mois de travail. Pour Pierre-Yves, ce fut une première. «Je n’ai ouvert que depuis 3 ans donc je n’avais encore jamais connu ce genre de problème.» D’autres cultures ont également été touchées entre Chastre et Gembloux: «pour les cultures de pommes et de poiriers c’est encore pire. Il y en a qui ont des pertes allant jusqu’à 100%».

Des solutions existent

Pour pallier le problème du gel, des solutions existent. La plus efficace jusqu’à présent reste de se tenir informé des conditions météorologiques à venir. Bien que Mère Nature soit parfois capricieuse, l’anticipation reste tout de même la meilleure des armes face au gel.

À cela peuvent s’ajouter des outils plus techniques. «Il existe des pompes à chaleur ou des couvertures pour protéger les récoltes», avance Pierre-Yves. Mais ceux-ci ne suffisent pas toujours.

Les prix identiques

«Les bourgeons qui n’ont pas été touchés devraient arriver à maturité en mai comme prévu», annonce Pierre-Yves. Mais les prix des ventes ne devraient pas être modifiés, «mon objectif et de garder ma clientèle donc je ne pense pas que les prix seront impactés».

Malgré cette perte considérable, Pierre-Yves Charlier travaille activement pour offrir des fraises de goût et de qualité.

LM - équipe de rédaction

Autres actualités à Chastre

Articles les plus populaires

Les promotions autour de Chastre