Charleroi - Stratégie gagnante pour Industeel Belgium

Malgré un environnement extrêmement concurrentiel et des investissements en net recul dans le domaine de l’énergie – le «terrain de chasse» privilégié d’Industeel–, l’usine carolo tire son épingle du jeu. «Dans ce contexte difficile, nous sommes malgré tout parvenus à maintenir nos volumes de production. C’est une belle réussite pour Charleroi», souligne Luc Libersens, le responsable du site.

Cette performance ne doit rien au hasard. Fin 2015, Arcelor Mittal a injecté 18 millions d’euros pour remettre à neuf la coulée continue d’Industeel et l’adapter aux dernières technologies. «En créer une nouvelle était impensable financièrement, au regard de notre production. Nous ingénieurs ont donc dû se montrer très créatifs pour permettre cette modernisation de l’outil. Sans cet investissement, l’avenir du site carolo aurait été menacé à terme», estime Alex Nick, le CEO d’Industeel.

Grâce à cette modernisation, l’ex-Fafer coule désormais des tôles plus épaisses – jusqu’à 355mm–, de très grand gabarit – jusqu’à 2.200 mm de largeur – et plus lourdes aussi – 20 tonnes sur la balance!

L’offre dimensionnelle n’a pas été la seule à s’étoffer: la gamme des produits s’est aussi diversifiée. Et le tout produit déjà ses effets. Industeel Charleroi a développé ses parts de marché dans certains segments, comme l’inox (utilisé notamment pour la fabrication de wagons-citernes pour les USA) ou les aciers destinés au secteur du moulage plastique. L’an dernier, malgré un contexte mondial en demi-teinte, le nouveau process a permis à Industeel Belgium d’augmenter sa production de 10%. Et pour fin 2017, lorsque tous les développements prévus seront déployés, Industeel devrait doubler la mise.

Nouveaux clients donc, et nouveaux horizons aussi avec des développements en Inde et une ouverture en Iran.

On recrute toujours

Cet investissement et les développements qu’il génère ont également d’heureuses répercussions sur l’emploi. Ces trois dernières années, le site carolo a embauché 124 CDI. Il emploie aujourd’hui 980 personnes.

Et, il est toujours à la recherche d’une dizaine de techniciens de maintenance (des mécaniciens et électriciens). À bon entendeur…

NG - équipe de rédaction

Autres actualités à Charleroi

Articles les plus populaires

Les promotions autour de Charleroi