Charleroi - Le Monopoly des Zèbres est là

Si Mehdi Bayat, Felice Mazzù et Javier Martos, le capitaine des Zèbres, avaient forcément déjà tous joué au Monopoly dans le passé, la partie qu’ils ont disputée ce jeudi à MondiLudia à l’occasion de la sortie de la version zébrée du jeu restera sans aucun doute la plus spéciale de leur existence.

«Comme pion, je prends la Coupe que mon coach m’offrira à l’issue de la saison», plaisantait d’entrée Mehdi Bayat, banquier d’un jour et dont le portrait figure… sur l’ensemble des billets, aux côtés de celui du président du club, Fabien Debecq. Pour les deux autres, la partie avait ça de spécial qu’ils avaient tous deux l’opportunité… d’acheter une case à leur effigie. «J’ai l’air si vieux que ça?», rigolait ainsi le capitaine espagnol des Zèbres au moment de découvrir son portrait, confectionné par le dessinateur Pad’R. Il faut dire que le joueur n’avait appris… qu’une petite heure auparavant qu’il figurait dans cette édition spéciale du célèbre jeu de société. «Je suis forcément heureux et fier», se félicitait celui qui a été désigné grand vainqueur de cette partie aux règles légèrement revues.

«Sinon, ce jeu peut durer plusieurs heures», riait Mazzù, dont la carte a finalement été achetée par… son administrateur-délégué.

«Vous voyez, coach, même au Monopoly, vous ne vous débarrasserez pas de moi», lançait, hilare, Mehdi Bayat, qui avait aussi acquis les cases d’anciens joueurs qu’il affectionne tout particulièrement, à savoir Pär Zetterberg et Georget Bertoncello. «Aaah, mon Georget!»

Mais c’est évidemment la sortie officielle du jeu qui réjouissait le plus l’administrateur-délégué carolo, d’autant plus que le Sporting n’est que le second club de Belgique à posséder sa version après Anderlecht. «Qui n’a pas joué au Monopoly dans sa vie?», se réjouissait-il. «Je suis fier et heureux de ce jeu, qui deviendra, j’en suis sûr, une pièce de collection. Cela permet qui plus est de mettre en avant des personnalités qui ont marqué l’histoire du club. Je suis amplement satisfait du résultat.»

Felice Mazzù, lui non plus, ne cachait pas sa fierté.

«C’est vraiment très chouette! Je remarque en plus que je connais l’ensemble des joueurs hormis Gillaux. Par contre, le plus ancien, Jules Henriet, était encore au club, mais plus comme joueur, lorsque j’étais chez les jeunes! Et puis, je me souviens forcément que je venais voir des gars comme Bohmer ou Gebauer lorsque je me rendais au stade comme supporter! Cette édition carolo est vraiment une belle initiative.»

N.G. - équipe de rédaction

Autres actualités à Charleroi

Articles les plus populaires

Les promotions autour de Charleroi