Charleroi - Van der Valk veut créer un hôtel 4 étoiles

Ce n’est encore qu’un projet. Mais Benjamin Wohrmann, le patron du Van der Valk hotel Charleroi Airport à Gosselies a entamé des négociations avec Igretec pour construire un nouvel hôtel haut de gamme dans le périmètre du Left Side Business Park, le nouveau quartier que la Ville veut créer entre le quai Verlaine, la rue des Rivages, la rue Jean Monet et le rond-point des Tramways.

«On veut déposer une demande de permis d’urbanisme pour construire une tour d’environ 20 étages avec un parking en partie souterrain de 180 places avec des bornes de rechargement pour les véhicules électriques, 130 chambres de 32 m², une vaste salle de réception de 350 m² attenante à la tour, surmontée d’une piscine sur le toit. L’hôtel comprendra aussi un espace business de 1.600 m² modulable avec 12 ou 13 salles de séminaire dont la plus grande atteindra 400 m²», explique Ben Wohrmann.

L’établissement haut de gamme comprendra aussi un spa, un bar, et deux restaurants. «Un restaurant rapide de 250 places et un restaurant gastronomique sky de 50 couverts au dernier étage avec une très belle vue sur la ville et la Sambre», précise Ben Wohrmann.

Gosselies est déjà saturé

Avec l’Ibis en face de la gare, le Leonardo City hotel à l’autre bout du boulevard Tirou, le Léonardo au boulevard Mayence et le futur Novotel de Rive Gauche, le centre-ville compterait 5 hôtels. Le marché carolo est-il suffisant pour assurer la viabilité de tous ces établissements?

«Notre hôtel de Gosselies (NDLR 154 chambres) est saturé avec un taux d’occupation de 90% toute l’année. Or, 90% de notre clientèle est composée de businessmen. Les voyageurs de l’aéroport ne représentant que 10% du total. Cette clientèle business apprécierait un hôtel haut de gamme en centre-ville» dit Monsieur Wohrmann.

Il espère que son établissement sera le seul 4 étoiles + du centre de Charleroi: «Avec des chambres de 22 m², je doute que le Novotel puisse obtenir plus de 3 étoiles».

Même s’il n’en est qu’au tout début du processus, M. Wohrmann espère obtenir le permis unique d’exploitation endéans les deux ans, ce qui lui permettrait d’inaugurer l’établissement en 2021.

«C’est un investissement de 17 millions € qui permettrait la création de 70 emplois», précise-t-il.

NE - équipe de rédaction

Autres actualités à Charleroi

Articles les plus populaires

Les promotions autour de Charleroi