Celles - Le dessin, la passion de Frédéric

Frédéric Deschamps passe une partie de son temps dans son atelier, à dessiner au pastel gras tout ce qui lui passe par la tête. Cet intérêt pour le dessin date de son adolescence. «J’ai commencé le dessin au Saulchoir à l’âge de 16 ou 17 ans grâce à Benoît Coignet. J’ai fait ma première exposition en 1998». Frédéric a désormais 40 ans, mais sa passion pour le dessin est toujours la même.«Le dessin, c’est vraiment ma passion! Mais j’en ai aussi d’autres comme le basket et l’équitation. J’ai un atelier chez moi et j’y passe beaucoup de temps. J’ai deux trépieds comme ça s’il fait beau, je prends mes affaires et je dessine dehors. Je mets plusieurs jours pour réaliser un dessin et j’en fais une bonne dizaine par an».

Son amour du dessin lui a déjà valu de belles rencontres. «J’ai eu l’occasion de rencontrer la reine Paola et de lui offrir un tableau», se souvient-il, non sans fierté.

Une inspiration sans fin

Frédéric puise sont inspiration dans son imaginaire.«Je n’ai pas de modèle devant moi pour dessiner, tout est dans ma tête. Soit j’ai de l’inspiration et alors ça va. Mais quand je n’ai pas d’inspiration, je ne dessine pas. Je ne sais pas faire ça sur commande. Parfois, j’ai envie de dessiner quelque chose et là, c’est parti!».

Les événements et aléas de la vie inspirent aussi l’artiste.«Il puise aussi son inspiration dans des événements qui se passent, comme les attentats. Ça dépend beaucoup de son ressenti. Quand il est triste, il fait des dessins positifs. Ça l’aide à extérioriser», explique Stéphanie Deschamps, la sœur jumelle de Frédéric.

Partager avec les visiteurs

Chaque année, Frédéric Deschamps participe à l’exposition organisée dans son village natal de Celles. Parmi les autres peintres et artistes, il a très bien trouvé sa place et c’est avec joie qu’il les retrouve chaque année lors du week-end de la Pentecôte. «Je suis content de les retrouver chaque année!».

Frédéric en profite toujours pour vendre ses œuvres. «J’essaie d’être un bon vendeur! Je dis aux gens: «Le cadre vous tend les bras». Je leur demande s’ils aiment les couleurs. J’aime rendre les gens heureux», sourit-il. «Si quelqu’un achète un de mes tableaux, je ne suis pas triste. Ça me fait plaisir qu’ils aiment le dessin donc j’aime bien leur donner».

Le Cellois aime le contact avec les visiteurs. «Je parle beaucoup avec les gens et je leur explique ce que j’ai voulu faire. Je leur donne le titre de mes tableaux».

Beaucoup d’émotion

Cette exposition, c’est aussi l’occasion pour Frédéric de revoir des proches, qui viennent pour lui. «Ça fait du bien quand ma famille et mes amis viennent à l’exposition. J’ai aussi demandé à ma petite copine de venir. C’est beaucoup d’émotion car je revois des gens que je ne vois pas souvent. Ils me soutiennent, écrivent dans mon livre d’or pour m’encourager et ça, j’adore!»

Céline Delcroix - équipe de rédaction

Autres actualités à Celles

Articles les plus populaires

Les promotions autour de Celles