Bouge - Avis mitigé de la Ville pour la bande des bus

Prochainement, la chaussée de Louvain, à Bouge, sera complètement chamboulée. La Région wallonne prévoit d’aménager une bande réservée aux bus au milieu de la chaussée. Ce projet a pour objectif de raccourcir la durée des trajets des bus. Le matin, les bus emprunteront la bande surélevée dans le sens descendant vers le centre-ville de Namur, et en fin de journée, dans l’autre sens. Les travaux concernent une portion d’environ 1,4 km.

L’enquête publique lancée en février dernier avait suscité une grande inquiétude du côté des riverains et des commerçants de la chaussée de Louvain et ses abords. 1.329 réclamations sont parvenues au service Urbanisme de la Ville. Suite à cette enquête publique, une réunion de concertation a été organisée le 28 mars dernier, donnant la parole aux commerçants et aux riverains.

Accord sur le projet mais pas sur la forme

La Ville a remis un avis défavorable à la Région wallonne en tenant compte des préoccupations de ces derniers. «On a estimé que les réclamations étaient pertinentes et légitimes. La Ville a remis un avis favorable sous réserve de modifications des plans. Le collège est favorable sur le principe, mais défavorable sur la formalisation actuelle du projet», explique Stéphanie Scailquin, échevine de l’Urbanisme à Namur.

Les modifications avisées par la Ville concernent surtout les piétons et les cyclistes. «On voudrait que les abords de l’IATA soient sécurisés, ainsi que l’accès aux commerces et aux habitations

Les modifications des plans sont en cours de réalisation par les architectes de la SRWT (Société régionale wallonne du Transport). «Le fonctionnaire délégué donnera sa décision en juin prochain. La Ville ne peut qu’émettre un avis pour ce projet», rappelle l’échevine namuroise.

Lorsque le permis sera octroyé, une nouvelle réunion sera organisée avec les personnes concernées par ce projet. «On tentera de répondre aux questions que se posent les commerçants et les riverains sur la durée des travaux. On organisera un comité de chantier pour les accompagner», poursuit l’échevine.

Les riverains craignent des travaux trop longs

Mais ce qui inquiète surtout les riverains et les commerçants, c’est la durée des travaux. «À Jambes, à l’avenue Jean Materne, les travaux devaient durer trois mois; finalement, ils ont pris un an. De nombreux commerces ont dû fermer à cause de ces travaux réalisés sur 300 mètres. Cette fois, les travaux concernent plus d’un kilomètre. À mon avis, on est parti pour plus de deux ans et demi de travaux. Dans la conjoncture actuelle, on ne peut pas se le permettre. Aucun commerce ne se porte bien», explique Carestiato, le gérant du snack Yumbo, située sur le haut de la chaussée de Louvain.

Pour ce dernier, le jeu n’en vaut pas la chandelle. «C’est trop cher payé la minute. Pour la vitesse, ils devraient poser des casses-vitesse.»

Marcel Marlier, un habitant de la chaussée de Louvain, ne veut pas de ce projet. Il propose une solution: «Comme les arrêts de bus sont situés sur la chaussée, ils ralentissent énormément la circulation aux heures de pointe. Il suffirait de les déplacer de 10 mètres pour fluidifier davantage la circulation. Si le bus débarque 15 personnes, il y a de gros bouchons. Alors que s’il ne se trouve pas sur la chaussée, il suffit qu’il mette son clignoteur pour qu’on le laisse passer

Pour Émile, habitant à proximité de la chaussée de Louvain et usager du TEC, les 4 minutes gagnées grâce à ces travaux importent peu. «Comme je suis retraité, ça ne changera pas grand-chose

LM - équipe de rédaction

Autres actualités à Bouge

Articles les plus populaires

Les promotions autour de Bouge