Binche - Serge, Faucon Rouge depuis 1973!

Serge et Ophélie, malgré leur différence d’âge sont mus par la même passion, le même feu sacré. Tous les deux sont animateurs pour le mouvement des faucons rouges de Péronnes.

Celui de l’animation et plus particulièrement des Faucons Rouges de Péronnes qui célèbrent cette année leur septantième anniversaire. À 58 ans, Serge Lejuste peut se targuer d’une bien belle carrière au sein du mouvement de jeunesse péronnais. D’abord en tant que «pionnier» et rapidement en tant que responsable, notamment lors du camp annuel qui a lieu tous les étés depuis 70 ans et aujourd’hui en tant que trésorier. «Mon plus beau souvenir, c’est sans doute mon tout premier camp», raconte avec nostalgie celui qui fait partie des Faucons depuis 1973. «Je venais de déménager dans le village et des copains m’ont motivé à participer au camp. C’était mes toutes premières vacances! En rentrant, j’ai pleuré pendant quinze jours tellement j’avais apprécié ces moments passés là-bas. Je n’avais qu’une envie, celle d’être déjà au camp de l’année suivante.»

Jusqu’il y a trois ans, Serge n’a pas manqué un seul rendez-vous estival avec les Faucons. «J’ai été contraint d’arrêter à cause de problèmes de santé graves. J’ai certainement trop donné de ma personne durant toutes ces années et mon corps ne pouvait plus suivre. Cela a constitué un véritable déchirement pour moi lorsque j’ai décidé de quitter mes responsabilités. Cela dit je ne regrette rien de toutes ces années passées sur le terrain. Je participe toujours au montage et démontage du camp mais plus aux animations proprement dites.»

Âgée de 17 ans, Ophélie quant à elle vient de passer avec succès son brevet d’animateur et a participé l’été dernier à son premier camp de l’autre côté de la barrière. Ses parents tous deux actifs au sein des Faucon Rouges, elle a quasiment été élevée parmi ces derniers. «Je suis née faucon et mourrai faucon», déclare avec fierté celle qui va se lancer en septembre dans des études d’institutrice. «Animer les enfants, c’est une véritable vocation pour moi. Il n’y a rien de tel pour moi que d’apercevoir leur sourire ou l’étincelle dans leur regard lorsqu’un jeu ou une activité se déroule sans problème.»

Actuellement, elle s’occupe principalement des «Faucons du nid», les plus jeunes parmi les participants aux camps mais certainement pas les plus faciles à gérer.

«Il faut sans cesse être sur le qui-vive avec eux car, et c’est bien normal à leur âge, ils manquent d’autonomie. Les «Pionniers», les plus âgés, sont quant à eux bien trop proches de moi car la différence d’âge n’est pas énorme.

Ils nécessitent une approche différente car bien que plus autonomes, ils sont rapidement distraits par une ou l’autre chose. L’avènement du GSM n’arrange rien… Toutes les catégories d’âge ont en commun le fait qu’ils doivent respecter les règles mises en place et ainsi apprendre la vie en communauté. Les Faucons Rouges, c’est un peu comme une école de la vie.»

NG - équipe de rédaction

Autres actualités à Binche

Articles les plus populaires

Les promotions autour de Binche