Bièvre - Une médaille pour Maurice Balfroid

Après le traditionnel dépôt de gerbe et les hommages rendus à celles et ceux qui ont donné leur vie pour notre liberté, le député-bourgmestre a pris la parole pour rappeler ce qu’a été cette terrible bataille qui opposait la 36e brigade française d’une part et les 30e et 31e brigades ennemies d’autre part.

Ces combats, d’une rare intensité, provoquèrent la mort de plusieurs centaines de soldats dans des circonstances atroces Ensuite, l’ennemi pénétra dans le village et s’y comporta avec une férocité rarement égalée, incendiant 63 maisons et fusillant 17 civils. Trente ans plus tard, le 23 août 1944, à Houdremont, plusieurs maquisards biévrois, Joseph Dorchymont et Albert Leroy, volontaires au maquis d’Orchimont, furent également tués par l’ennemi alors qu’ils combattaient pour la liberté, notre liberté.

Maurice Balfroid mis à l’honneur

L’échevin André Copine a ensuite pris la parole pour mettre à l’honneur Maurice Balfroid et remémorer à tous quelques grandes étapes de la vie de Maurice. Né le 6 novembre 1923, Maurice a toujours vécu dans son village natal si ce n’est la période de son passage dans le camp de Buchenwald.

À l’âge de 16 ans, il rejoint le centre de recrutement de l’armée belge avec plusieurs camarades du village. Sa jeunesse et son amour de la Patrie vont le pousser à combattre l’ennemi. Des contacts sont pris et, dès mai 1943, il rejoint le maquis. Avec d’autres camarades, il est dénoncé. Caché chez son oncle, il sera surpris par les Allemands et conduit à la kommandantur installée à Vresse pour rejoindre finalement Buchenwald. Suivent des journées de 12 heures de travail, un travail lourd, toujours sale et pour lequel on était mal nourri.

Le 11 mai 1945, les Américains libéreront son camp. Il devra encore attendre quatre jours avant de revenir par le train Liège, Namur et enfin Graide où il sera accueilli par toute la population.

Si Maurice Balfroid a été mis à l’honneur, c’est parce que les associations patriotiques des communes de Bièvre, Gedinne et Beauraing ont souhaité lui attribuer la médaille «Croix du prisonnier politique 40-45». Maurice est connu de tous pour sa probité professionnelle et ses qualités d’homme.

L’échevin André Copine terminera son intervention par ses mots: «Cette décoration vous est décernée parce que vous avez été l’auteur de nombreux sacrifices au sein du camp de Buchenwald. Que cette douloureuse période vécue dans les années de votre jeunesse qui auraient dû être les plus belles soit un témoignage de façon à ne jamais oublier. Cette distinction vous désigne comme un modèle de civisme pour nos citoyens. Nous sommes fiers de compter parmi nous un décoré de votre valeur et nous nous réjouissons avec vous de cette reconnaissance officielle de vos mérites».

W.E. - équipe de rédaction

Autres actualités à Bièvre

Articles les plus populaires

Les promotions autour de Bièvre