Beauraing - Une pièce de théâtre sur les apparitions

L’abbé Christophe Rouard raconte: «L’idée m’est venue en réfléchissant aux moyens de faire connaître les apparitions de la Vierge au cœur d’or. J’ai pensé: des livres ont été écrits. Une BD a été dessinée. Des films ont été montés. Un site Internet a été créé. Un CD est sorti avec des chants et les prières du chapelet. Une exposition est en cours de réalisation. Que pourrais-je faire encore? Une chose n’a jamais été faite: une pièce de théâtre! Ayant été vicaire à Ligny au début de mon sacerdoce, je me suis dit: voilà une piste! C’est encore inexploré, c’est neuf, il faut tenter le coup! D’autant que dans le paysage ecclésial de la région, les pièces de théâtre ne sont pas nombreuses.»

«L’intuition a fait son chemin et j’en ai parlé à Jean-Marie Massot, jeune pensionné de l’enseignement habitant Beauraing dont je connaissais la passion pour le cinéma», poursuit l’abbé.«Il a pris sa plume et s’est mis à écrire le script, que j’ai relu en lui suggérant de temps à autre quelques retouches. Ce travail de rédaction a pris des mois. Le texte était fort bon. Restait à le mettre en scène.»

Jean-Marie Massot a entamé le patient travail de recherche des acteurs, de répétition des scènes, de mise en place de tout ce qui fait une pièce de théâtre. Et finalement, le projet a abouti.

« J’ai pris contact avec la directrice de l’INDSC, l’école des sœurs de Beauraing, qui a donné son accord pour que l’on puisse jouer la pièce dans la salle de spectacle de l’école », explique l’abbé.

« Les premières répétitions eurent lieu dans le local de catéchisme de la paroisse de Beauraing, avec les moyens du bord. Petit à petit, la troupe s’est constituée et toutes les scènes ont pu être répétées. Les bandes sonores ont été enregistrées au moyen de mon petit enregistreur. Les chiens du voisin ont donné leur «voix» pour les scènes où ceux de Mère Théophile aboient dans le jardin de l’école. Des chansons de l’époque ont été trouvées sur Internet. Les décors devaient être simples à déplacer pour faciliter les transitions. Après bien des recherches, Jean-Marie a proposé d’employer des cartons légers qui pourraient être déplacés rapidement. Fernand Embrechts a accepté de les peindre. Les autres éléments de décor ont été amenés par divers acteurs, au fur et à mesure. Gaby Noël s’est offerte pour confectionner des costumes, avec l’aide de sa belle-sœur couturière. Olivier Gebka, diplômé d’art dramatique, a vu dans la pièce de théâtre une façon de vivre son engagement comme ami de Notre-Dame de Beauraing. Il a pris le rôle du docteur Maistriaux et a aidé à la mise en scène et pour certaines répétitions.»

Rose-Marie Tasset a ensuite pris les choses en main. Elle a entamé son travail d’organisation de tous les aspects plus pratiques: recherche et coordination des costumes, des éléments de décors, des adresses de chacun, etc. L’équipe de base était ainsi constituée. Nous étions début novembre. Des répétitions plus définitives pouvaient commencer sur scène.

Les répétitions sur scène eurent lieu en novembre et décembre. La pièce a pu prendre forme. De nouveaux acteurs ont encore été trouvés, certains ayant fait défection. Des figurants se sont ajoutés.

Les représentations de janvier seront donc le fruit d’un long et patient travail où chacun a pu donner de sa personne afin de donner corps à une idée, de construire en équipe un spectacle qui parle de la grâce des apparitions de Beauraing.

L’abbé Chritophe Rouard précise: «La pièce est fidèle au contexte de l’époque, dans lequel plonge littéralement le spectateur dès le tout début grâce aux costumes et aux accessoires des premiers personnages. On est dans les années 1930. On entend par moments les musiques les plus populaires d’alors. Le texte est agréable et le scénario très bien construit. Il prend le récit des apparitions par un angle un peu décalé, ce qui donne à la pièce un charme particulier. S’allient sérieux et notes de fantaisie. Anecdotes, discussions de bistrot, réactions du SDF du village pimentent l’histoire qui demeure très profonde en elle-même. Une part fictionnelle se mêle à l’histoire réelle, comme le permet le théâtre. Cette part fictionnelle est toujours très réaliste. Toutes les phrases de la Vierge sont citées, mais de manière indirecte. Le spectateur découvrira donc les apparitions de Beauraing sous un angle plaisant, original et authentique à la fois.»

La troupe ne se séparera pas après le 11 février. Le projet est de refaire la pièce chaque année en hiver, à l’instar de ce qui se fait à Ligny et à Sibret.

Marie joue aussi dans la pièce. Elle joue son propre rôle. Venez voir…

Les places sont en prévente au Point Info des Sanctuaires de Beauraing les samedis et dimanches de 14h à 17h ou en envoyant un email à ndbeauraing@gmail.com – www.sanctuairesdebeauraing.be

- équipe de rédaction

Autres actualités à Beauraing

Articles les plus populaires

Les promotions autour de Beauraing