Beauraing - Derniers coups de ciseaux

«Te voilà encore beau!» Cette phrase contenant un bon mot est régulièrement sortie de la bouche de Christian Piron. Coiffeur depuis près d’un demi-siècle, l’homme va ranger ses outils. Partant pour une retraite méritée, il donnera un dernier coup de clé à la porte qui donne accès à un endroit bien connu des Beaurinois. Avant lui, son père Désiré coiffait aussi les habitants. Signe de cette période, aujourd’hui encore, le salon porte le nom «Chez Désiré».

Dans ce commerce qui se trouve quasi dans le cœur de la ville, on trouve encore du matériel qui a une histoire. Des Beaurinois devenus grands lorgnent avec un peu de nostalgie la petite chaise qui les mettait à hauteur.

Une belle aventure

Depuis l’âge de 14 ans, Christian Piron manie avec dextérité des ciseaux. Une partie de sa carrière, l’homme l’a passée en compagnie de son père. Côte à côte, ils coupaient avec bonheur les cheveux des personnes qui prenaient place dans des fauteuils qui ont du style. Sous le regard des photos de mode, les clients trouvaient un look dégagé.

Quand on lui demande son style de coiffure. Christian Piron répond tout simplement: classique. Durant sa carrière, il a pourtant pratiqué différents styles. Celui qui lui laisse des souvenirs savoureux était la coupe beatles. Les jeunes qui voulaient imiter les quatre jeunes dans le vent avaient souvent une discussion houleuse avec le parent qui l’accompagnait. Des disputes ont déjà eu lieu pour ce choix de coiffure… Christian Piron ne disait mot. Au service du client, il adoptait l’une ou l’autre technique de coupe.

Bons mots

Au bol, à la hippie, à la Beatles ou autre, le coiffeur observait toujours le même rituel: il veillait à entretenir la conversation. Faits d’actualité, événements d’hier ou à venir… le Beaurinois avait beaucoup d’histoires dans son sac. Il avait, dans un coin de sa tête, de bonnes blagues qu’il partageait pour le plus grand plaisir des clients.

Fin décembre, sa clientèle sera un peu orpheline. Les plus chanceux auront l’occasion de confier une dernière fois leur tête au coiffeur. Pas sûr que certains ne vont pas simuler un rafraîchissement de la tignasse pour saluer une dernière fois le professionnel du poil.

Avec la fermeture du salon de coiffure, la cité mariale perd un de ses lieux qui avait du charme. Il restera à la clientèle à trouver un autre coiffeur. Cela ne se fera pas sans un pincement au cœur. Il reste encore quelques jours aux fidèles pour pousser une dernière fois la porte du salon…

T.I. - équipe de rédaction

Autres actualités à Beauraing

Articles les plus populaires

Les promotions autour de Beauraing