Bastogne - Six nouvelles caméras dans les rues de la ville

Le mardi 2 mai, le conseil communal de Bastogne a approuvé à l’unanimité l’achat de six nouvelles caméras de surveillance qui seront installées à différents endroits de la ville. Les sites retenus l’ont été en collaboration avec la zone de police: rue des Déportes, route d’Houffalize, quartier de l’Indépendance, Parc Élisabeth, route de Neufchâteau et rond-point de la route de Wiltz. Avec les caméras déjà installées, il y aura désormais 28 caméras de surveillance et une bonne vingtaine d’autres devraient encore être placées dans les années à venir.

«Il faut voir ces caméras comme moyen de prévention mais aussi comme aide en matière de mobilité», a expliqué le bourgmestre Benoît Lutgen.

Dans les villages aussi

C’était le premier point de l’ordre du jour et Jessica Mayon, conseillère de l’opposition, a posé ses premières questions. Elle voulait notamment savoir si des caméras seraient installées dans les villages de la commune. «Oui, notamment à Bourcy», a répondu le bourgmestre.

Durant l’ensemble du conseil, Jessica Mayon a quasiment commenté tous les dossiers. Elle l’a fait quand on a évoqué l’œuvre d’art qui sera installée dans le quartier de l’Indépendance, lors du point concernant les plaines de vacances ou l’octroi de subsides aux associations. Elle avait même épluché les comptes des fabriques d’églises et a signalé des erreurs dans certains chiffres. Dans deux cas, le boni indiqué pour 2016 était celui de 2015. «C’est le danger du copier-coller», a glissé le bourgmestre à l’attention de ses services.

«Faire cela à fond»

En fin de séance, les conseillers ont évoqué le très bon rapport d’activité du musée en Piconrue. Là aussi, Jessica Mayon a démontré qu’elle maîtrisait le sujet. Autour d’une table où la grande majorité des conseillers ne prennent quasiment jamais la parole, Jessica Mayon s’est démarquée. Si bien qu’on aurait presque pu se demander qui était réellement le chef de file de l’opposition.

Entrée au conseil en novembre 2014, Jessica Mayon a trouvé ses marques. «Au fil des mois, je sais de mieux en mieux où regarder dans les dossiers et comment les analyser. Je me sens bien plus à l’aise qu’au début. J’ai envie de m’imprégner des dossiers, de les comprendre et de me faire mon propre avis. Quand on veut faire ce boulot de conseiller à fond, cela prend du temps», glisse-t-elle.

L.M. - équipe de rédaction

Autres actualités à Bastogne

Articles les plus populaires

Les promotions autour de Bastogne