Bastogne - Chauffagiste, un métier d’avenir!

Matthieu, Logan, Dorian, Lucas et Donovan sont des étudiants de sixième année de la section «monteur en sanitaire et chauffage». Ils viennent de rentrer d’une expérience de trois semaines dans la péninsule scandinave. C’est l’Athénée d’Aywaille, en partenariat avec Bastogne, qui avait déposé ce projet de mobilité. Le projet avait été retenu et s’est concrétisé en mai. L’Athénée de Bastogne a organisé une rencontre avec la presse pour raconter cette expérience.

«L’objectif de notre rencontre est de mettre sous les feux de la rampe le métier de chauffagiste», a expliqué Francine Ledent, la Préfète des études. «Les projets européens permettent à nos jeunes de gagner en autonomie, de prendre confiance, de s’immerger dans une autre culture, de faire de ces jeunes des citoyens de demain, ouverts sur le monde. Erasmus + encourage également les stages en entreprises. Nos étudiants ont pu parfaire leur savoir, découvrir d’autres techniques et appréhender leur travail dans d’autres conditions.»

Depuis plusieurs années, le métier de chauffagiste est confronté à une pénurie importante au niveau de la main-d’œuvre. L’Athénée de Bastogne est la seule école de la province de Luxembourg qui forme des techniciens en chauffage. De très nombreux employeurs cherchent du personnel et, à coup sûr, les élèves qui ont suivi cette formation trouveront du boulot sans difficulté. Laurence Baillot, qui dirige les Etablissements Baillot de Libramont, a pu s’adresser aux étudiants de Bastogne.

«On a une image assez simpliste des chauffagistes. On pense qu’ils placent des tuyaux, qu’ils sont musclés… On se rend compte de plus en plus qu’il n’est pas nécessaire d’être très musclé. Le chauffagiste n’est pas qu’un placeur de tuyaux. C’est un métier qui nécessite de plus en plus de connaissances techniques. Il faut se servir de sa tête. C’est un métier d’avenir puisqu’il touche désormais les nouvelles énergies, la géothermie, les pompes à chaleur, la biomasse…»

Laurence Baillot s’est aussi adressée aux parents dont les enfants marqueraient un intérêt pour un métier technique. «Envoyez vos enfants dans des centres de formation. Vos enfants auront un beau métier, un métier d’avenir et un travail garanti. Nous sommes de plus en plus confrontés à la main-d’œuvre étrangère. Le problème avec cette main-d’œuvre, c’est qu’il faut qu’elle comprenne ce qu’on lui demande. Raccorder une vanne trois voies ou mettre en place une régulation, ce n’est pas facile de l’expliquer à des ouvriers étrangers. Cela veut dire que les Belges sont encore préservés dans le métier de chauffagiste.»

DM - équipe de rédaction

Autres actualités à Bastogne

Articles les plus populaires

Les promotions autour de Bastogne