Bastogne - Manu Hubert se prépare pour l’Ironman de Nice

Depuis six mois, Manu Hubert se prépare à affronter cette distance mythique. En juin, il devra enchaîner 3,8 kilomètres à la nage, 180 kilomètres à vélo et 42 kilomètres à pied. Il a décidé de faire cet Ironman «à sec», ce qui veut dire qu’il n’aura jamais disputé de marathon ni de triathlon avant de se rendre à Nice en juin. Quand il a pris sa décision, l’ampleur du travail était très importante. Il était plutôt bon à vélo mais ne savait pas courir correctement et surtout, il était mauvais nageur.

«Quand je l’ai pris en charge, il ne faisait qu’une brasse très basique», explique Audrey Maheu, une Bastognarde ancienne nageuse de haut niveau. «Il ne savait pas du tout nager le crawl. On partait quasiment de zéro. Il avait une très mauvaise technique et ne maîtrisait pas du tout la respiration. » Dans un premier temps, le but était d’acquérir une bonne technique et de bien respirer. «Ensuite, travailler l’endurance pour savoir nager trois ou quatre kilomètres de façon presque automatique. Pour ça, il a fallu près de trois mois

Manu Hubert est désormais capable de nager, en piscine, la longueur requise dans des temps bien inférieurs à ceux qui seront imposés à Nice. «Sur la longueur à parcourir, je n’ai aucun doute. Ce n’est pas ça le souci. Lors de l’Ironman, il y a d’autres facteurs comme la mer et le nombre de participants. Il faudra donc s’entraîner en lac et même en mer. Bavigny, Esch et la mer du Nord dans un premier temps. Et ensuite, pourquoi pas la Méditerranée? »

Le départ sera un moment difficile à préparer. « Quand il y a 2600 personnes qui prennent le départ en mer, c’est hardcore. Certains concurrents ne sont pas très corrects. Ceux-là vont ouvrir les combis, essayer de faire boire des tasses… Ce sont des paramètres que l’on ne sait pas beaucoup préparer. On peut très bien se prendre un coup et avoir le nez cassé dès le départ. Il faut une forte confiance en soi quand on est dans la mer. Sans oublier que le facteur chance jouera aussi. La chaleur pourrait aussi être déterminante. Nice au mois de juin, ça peut être la canicule

DM - équipe de rédaction

Autres actualités à Bastogne

Articles les plus populaires

Les promotions autour de Bastogne