Bastogne - Le P’tibus fait le tour de Bastogne

Quand on habite rue de Neufchâteau et que l’on n’a pas de véhicule, pas évident de se rendre à l’hôpital de Bastogne. Pareil quand on vit dans le centre et que l’on voudrait atteindre les commerces de la route de Wiltz. Ce sont deux exemples, il y en a bien d’autres. Bonne nouvelle, un nouveau concept de transport en commun a vu le jour à Bastogne. Un petit bus réalise six jours sur sept des boucles avec comme points d’embarquement l’hôpital, l’hôtel de ville, la résidence Sans-Souci, la poste, l’église, le complexe de la Porte de Trèves, les quartiers commerciaux… Il est quasiment possible de rejoindre tous les coins de la ville.

Le P’tibus, comme il a été baptisé, circule depuis le 24 juin dernier. C’est Albert Heintz, le président de la Maison Croix-Rouge du Pays de Bastogne, qui avait imaginé ce concept. Il est parvenu à concrétiser son rêve. «Je suis vraiment ravi de la collaboration avec les différents partenaires. Je pense notamment à la Jeune Chambre et aux TEC.»

Huit places

La Jeune Chambre Internationale s’est surtout investie avant la mise en service du bus. Il a fallu faire une étude de marché, des sondages, concocter un circuit… Une étape qui était très importante pour démarrer sur de bonnes bases. Désormais, la navette de huit places effectue plusieurs fois par jour le même parcours qui démarre à la clinique de Bastogne.

On peut monter ou descendre de ce petit bus à plus de 25 endroits dans et autour de Bastogne. Il circule tous les jours sauf le lundi. La première boucle débute à l’hôpital à 10h00 et la dernière à 17h00. Le dimanche et les jours fériés, le bus ne roule que l’après-midi. À chaque arrêt, un petit panneau indique l’heure à laquelle le bus passera pour la prochaine fois.

Le coût d’un voyage est très démocratique: un euro par personne et gratuit pour les enfants de moins de sept ans. Parce que c’est un service qui s’adresse vraiment à tout le monde, notamment aux familles. Parmi les utilisateurs, on retrouve une part importante de personnes âgées mais le bus est vraiment ouvert à tout le monde.

«Il y avait vraiment une demande pour ce petit bus», souligne Albert Heintz. «Très régulièrement, je croise des personnes qui me disent que c’était vraiment une bonne idée.» Chaque semaine, le nombre d’utilisateurs augmente. Albert Heintz espère arriver à une centaine d’embarquements chaque jour.

Le service peut fonctionner grâce à une équipe de chauffeurs bénévoles et motivés. Ils sont une dizaine à se répartir les tournées.

Il est possible d’acheter des jetons au Syndicat d’Initiative, à l’hôtel de ville, à la clinique, à la Croix-Rouge mais aussi dans plusieurs commerces de Bastogne.

D.M. - équipe de rédaction

Autres actualités à Bastogne

Articles les plus populaires

Les promotions autour de Bastogne