Ath - Christophe vit sa passion à cent à l’heure

Malgré quelques obstacles qui ont été un coup dur pour Christophe, il n’a cessé de croire en ses rêves et persévérer. C’est avec beaucoup d’enthousiasme et de caractère qu’il nous parle de son monde à moteurs. Très dynamique, Christophe aime avant tout être en action et se caractérise aussi comme un compétiteur. Dès la rencontre avec le jeune homme, on remarque aisément cette touche de folie et d’humour qu’il aime cultiver. Mais derrière ce personnage charismatique se cache un passionné et un mordu de moto et d’automobile. C’est dès son plus jeune âge qu’il découvre les engins à moteur qui vont le faire vibrer: «Je suis un peu comme Obélix, je suis tombé dedans quand jetait petit. À l’âge de 3 ans, mon grand-père a commencé à me faire rouler en Quad et à 4 ans j’ai eu ma première moto. De ce fait, j’ai commencé à faire quelques courses et des stages pour me perfectionner. Malheureusement, à l’âge de 14 ans, j’ai été victime d’un gros accident sur piste. Résultat, deux vertèbres cassées et déplacées. Suite à la gravité de mes blessures, les médecins m’ont interdit la reprise de la moto et par conséquent, les courses», explique Christophe. Après cette annonce douloureuse pour le passionné, il réalise davantage qu’il lui est impossible de quitter le monde de la compétition moto. C’est donc avec curiosité et envie qu’il s’oriente vers d’autres branches de la discipline et tout particulièrement, les paddocks (stand où se parquent certains véhicules de course et de soutien. Dans certains cas, les équipes y installent des zones de travail, souvent sous tentes, pour préparer et régler les machines) et la piste.

Christophe a suivi diverses formations: «Je suis passé par l’Athénée provincial de Leuze-en-Hainaut pour y apprendre la mécanique automobile puis par l’institut Saint-Luc afin de me former dans la mécanique moto. Par la suite, je suis parti un an au campus de Spa-Francorchamps pour être mécanicien moto compétition», ajoute-t-il.

Une belle collection de moto

Aujourd’hui, Christophe a atteint une étape importante de sa vie en devenant mécanicien moto. En effet, il travaille dans la race styling team en superbike belge. Un grand pas et de nombreuses opportunités pour ce mordu de moteurs. Au fil des années, Christophe a accumulé une belle collection de moto, de la 50 cm³ à la 450 cm³. Un monde de rêve qu’il partage avec son papa, aussi fan et le reste de sa famille. Et quand il est question d’une anecdote en rapport avec ses expériences, l’humour de Christophe n’est jamais bien loin. Il nous raconte: «Ce qui ce passe en course reste en course, mais je vais tout de même le raconter. Pour l’anecdote, je me suis trompé entre la roue arrière et la roue avant de la moto. Nous avions passé trois jours à régler, démonter, remonter et re-régler la moto et je n’avais alors accumulé que 3 ou 4 heures de sommeil sur ces trois jours. Du coup, j’ai passé 5 minutes à vouloir monter la roue arrière à l’avant. C’est un autre mécanicien du team qui l’a remarqué. Heureusement, nous étions en entraînement et non en course. J’ai dû boire deux litres de café pour pouvoir passer la journée», conclut-il. Christophe vous invite à découvrir sa passion le dimanche 13 août lors des 6 heures de Spa-Francorchamps. Un événement de qualité sur le plus beau circuit du monde, ça vous tente?

Julie Deprez - équipe de rédaction

Autres actualités à Ath

Articles les plus populaires

Les promotions autour de Ath