Ath - Nicolas aime les sports de combat

Sociable, respectueux et franc, Nicolas est décrit par ceux qui l’entourent comme courageux et combatif. Parmi les passions du jeune homme, sa famille et plusieurs disciplines sportives. «Il y a 12 ans, je regardais la télé quand je suis tombé sur une de mes idoles qui pratiquait la boxe anglaise. Ce fut une révélation pour moi. J’étais fasciné. Je voulais pratiquer cet art», explique-t-il.

Déterminé et soutenu par ses proches, Nicolas décide d’en savoir plus sur la boxe anglaise et de passer un cap. Il ajoute: «Mon papa a été le moteur: il m’a poussé à me lancer dans la discipline. Il a toujours été là pour me faire avancer. J’étais très attiré par cette pratique qui pouvait me libérer. À l’époque, j’avais beaucoup de haine en moi et je traversais vraiment une période difficile. Et je me suis lancé pour de bon».

Après un an et demi de pratique et un important perfectionnement, Nicolas, toujours avide de nouvelles découvertes sportives, se consacre à une nouvelle discipline: la boxe française.

Les différences entre boxe anglaise et française

Il détaille: «La boxe anglaise est dérivée du pugilat. Elle apparaît bien avant la boxe française. Elle est inspirée des affrontements de rue. La boxe anglaise n’autorise que les coups de p oing alors que la boxe française utilise aussi bien les poings que les pieds. Aussi, les coups sont uniquement portés au-dessus de la ceinture en boxe anglaise. En boxe française, par contre, il est permis de viser les jambes. L’idée maîtresse de ces deux boxes reste toutefois de battre son adversaire sur le ring, soit aux points, soit par K.O. selon les compétitions. À noter par ailleurs que la boxe française et la boxe anglaise partagent de nombreux coups identiques, dont l’uppercut et le swing».

Nicolas s’est également lancé dans la pratique du krav-maga. Un système de self-défense et de combat au corps adapté à la réalité du terrain militaire et civil. Une discipline adoptée par notamment les agents du FBI et de la CIA. Plus tard, il a enchaîné avec le taekwondo et boxe thaï.

Des sports de combat libérateurs

Au-delà de la pratique et des efforts effectués durant les exercices et l’apprentissage, ces disciplines de combat véhiculent des valeurs. Nicolas est très attaché à celles-ci, comme il l’explique: « Je me sens apaisé et serein lors des entraînements. C’est vraiment important. La discipline et le respect sont des valeurs sportives que j’aime. Elles collent bien avec ma personne et mon caractère. Je suis droit, je sais me faire respecter tout en respectant les autres. Les personnes qui ne connaissent pas ces sports ont tendance à y voir un côté agressif. Il faut en retenir que lors d’une agression, on est toujours plus fort lorsqu’on sait les gestes à effectuer».

Prochainement, Nicolas se lancera dans un nouveau sport de combat: le MMA (les arts martiaux mixtes). Il espère représenter les couleurs de notre pays dans une de ces disciplines et compte aller le plus loin possible. Comme il aime le dire : «avec la volonté, on peut aller très loin».

Julie Deprez - équipe de rédaction

Autres actualités à Ath

Articles les plus populaires

Les promotions autour de Ath