Ath - Ciinderella B, un conte de fées devenu réalité

Une persévérance et un talent qui lui permettent aujourd’hui de réaliser son premier album et de travailler avec les plus grands. Partons à la découverte de ce bout de femme très talentueuse.

Ciinderella B (qui vient de son vrai prénom Cinderella), 22 ans, est originaire de Bruxelles. Après ses études primaires, la jeune femme déménage à Ath pour y poursuivre des études au Collège St-Julien. À l’époque, elle est déjà passionnée par l’écriture et l’utilisation des langues comme transmission d’idées. Mais sa passion pour la musique est née bien plus tôt. «Ma mère a toujours été très musicale, du coup son entourage l'était aussi. J'ai baigné très jeune dans un environnement où les couleurs, les langues et les cultures se balançaient comme le rythme d'une chanson, comme les notes d'une partition jouant les unes avec les autres. Enfant et ado, j'étais timide et effacée, la musique m'a permis de prendre confiance en moi. Ma première 'vraie' prestation publique, j'avais 12 ans, lors des portes ouvertes de mon école. Seule, a cappella, je chantais l'un de mes le tout premier texte devant un public. Ce jour-là je savais que c'était le début», explique-t-elle. Ciinderella B enchaîne ensuite son apprentissage de la musique en s’inscrivant au solfège à l’âge de 13 ans. Elle s’épanouit aussi avec des cours de piano et de guitare. Après une tentative ratée à la «Nouvelle Star», elle décide de choisir la sécurité, sous le conseil de ses parents en s’inscrivant dans une université du pays. Lors de ses temps libres, elle n’abandonne pas sa passion et devient la chanteuse de plusieurs groupes, mais la jeune femme en veut plus. Elle rêve de chanter ses propres chansons telle une musicienne professionnelle, envoûter à elle seule un public et partager ce qu’elle a de plus profond en elle. C’est donc sous les conseils d’un musicien que Cinderella tente le tout pour le tout : direction Londres, qui semble être «The Place to be». «En 2012, je quittais la Belgique pour un nouveau pays, l'Angleterre, pour me lancer un nouveau défi. Ma guitare en main, un vélo, un gros sac de voyage sur le dos et €100 en poche (£70 à l'époque). J'étais prête, je savais que pour apprendre je devais laisser ma zone de confort derrière», ajoute-t-elle.

Partie à Londres

En arrivant sur Londres, elle enchaîne les petits concerts. Puis, elle entend finalement parler d'une compétition d'auteurs-compositeurs, «Open Mic UK», avec un prix à la clé de £5000. Chaque année 10.000 participants sur toute l'Angleterre passent les auditions devant des juges recruteurs de talents pour les plus gros labels du pays (Universal, Warner Music, Syco, Sony,...). Ciinderella B finira en 5e position du concours. «J’ai commencé à écrire des morceaux au piano pour des courts-métrages et de bouche à oreille je rencontré mon futur mentor et manager, Noah Francis Johnson. Après quelques concerts, je suis signée par Last Ten Music Group. Noah est respecté dans l'industrie de la musique et je le vois travailler avec Chris Kimsey (Rolling Stones), Tony Visconti (David Bowie) et Quincy Jones!». Une consécration pour la jeune femme.

Il y a quelques mois, elle a été repérée par Marc de Suarez. Elle a d’ailleurs eu l’occasion de jouer sa première partie. Un concert à l’Ancienne Belgique qui en dit long sur le talent de l’artiste.

Le premier album de Ciinderella B sortira fin 2017 et sera suivi d’une tournée promotionnelle.

FB : CiinderellaB

Julie Deprez - équipe de rédaction

Autres actualités à Ath

Articles les plus populaires

Les promotions autour de Ath