Arlon - Belvédère de Saint-Donat : une vue imprenable

Curé de l’église Saint-Donat, l’abbé Paul Hansen est évidemment ravi de voir ces travaux se terminer. Il revient sur l’histoire de son église et de ce belvédère. «L’église date de 1624. Elle a été construite sur les ruines du château d’Arlon. Il avait été détruit par les troupes du Duc de Guise. Quand les Capucins sont arrivés, au début du 17e siècle, ils ont cherché à s’implanter à Arlon et ont trouvé ce terrain qui appartenait au Seigneur de Cobréville de Guirsch. Il leur a concédé».

Le monastère des Capucins comportera une seule nef et un tout petit clocheton. Il n’est pas encore question de Belvédère à cette époque. Celui-ci ne sera construit qu’au début du 20e siècle. Une plusvalue voulue par les Capucins et la Ville d’Arlon à l’époque. Très vite le Belvédère sur la butte d’Arlon (la Knippchen) devient l’emblème de la ville. Son image sera notamment utilisée lors de l’avènement des chemins de fer pour une célèbre affiche indiquant qu’Arlon était désormais à 3 heures de Bruxelles. Une autre tour abritera le fameux carillon, voulu par le Doyen Knepper, carillon qui, encore actuellement joue la chanson d’Arlon le «Zu Arel op der Knippchen». Quant au belvédère, il abrite trois cloches de 900, 600 et 450 kilos.

Sur fonds propres

Maintenant que les travaux sont terminés, les ouvriers de la société Campa de Tellin procèdent à leur entretien. Car, au fil des ans, le Belvédère s’est détérioré fortement. A tel point, qu’il y a une vingtaine d’années, il a fallu interdire l’accès au public.

Des travaux de sauvegarde seront entrepris. «Il pleuvait à l’intérieur, jusque tout en bas. Il n’aurait pas fallu deux hivers de plus car tout se serait effondré» explique l’abbé Hansen.

Le Belvédère a pu être sauvé grâce à l’aide de l’asbl «Renaissance du Haut de la ville», la Fabrique d’église et la Ville d’Arlon elle-même. Cette dernière a permis la réalisation des travaux de réfection qui auront duré quatre ans. «Il faut vraiment remercier la Ville car ces travaux ont été réalisés sur fonds propres, sans subsides!» souligne l’abbé Hansen. L’échevin des travaux, André Balon, confirme que la réfection du Belvédère lui-même a coûté 778.000€. Il faut y ajouter «l’escalier des moines» -qui traverse le rempart-. Il a été aménagé en même temps et a coûté 91.000 euros. Pour l’ensemble du site, depuis 14 ans, avec la «montée royale» -dont les travaux ont duré deux ans-, la facture totale est de 2.700.000€ avec 650.000€ de subsides.

C’est le Belvédère lui-même mais aussi les escalier d’accès qui ont été rénovés et sécurisés. Il a aussi fallu assurer le crépissage et le cimentage des façades. La boule de la croix et les deux coqs des deux clochers ont reçu des feuilles d’or. Des panneaux didactiques vont être installés. Pour monter au Belvédère il faut impérativement passer par l’Office tu Tourisme. Des visites avec guide sont organisées au prix de 2 euros (par groupe de 7, guide compris). Ultérieurment, l’éclairage du site va aussi être revu complètement. Ce sera alors un éclairage blanc (et non plus orange) à base de Leds. En gravissant les 134 marches, vous découvrirez non seulement un panorame à 360° exceptionnel d’Arlon, mais par temps clair -et avec des jumelles- vous verrez la France (Longwy), le Kisrchberg (Luxembourg), l’église de Florenville et même les tours de la cathédrale de Trèves!

LM - équipe de rédaction

Autres actualités à Arlon

Articles les plus populaires

Les promotions autour de Arlon