Arlon - Le centre-ville sent un frémissement

Ensemble, le collège communal, l’association des commerçants (ACIA) et l’ASBL Gestion Centre-ville ont tenu une conférence de presse pour dire les choses qui vont mieux et parler de leurs projets.

« L’avenir des commerces du centre-ville est à un tournant. Les centres commerciaux sont majoritairement tenus par des financiers qui n’ont pas de vision économique à long terme, clame le bourgmestre Vincent Magnus. Nous avons une responsabilité historique. Arlon vivait il y a 2.000 ans et on l’espère pour autant d’années encore. Il faut donc s’adapter pour vivre avec des commerces attractifs, différents des centres commerciaux, avec du parking de proximité (le tarif gratuit est passé de 15 à 30 minutes), avec des animations, des offres culturelles. On a critiqué le tarif des loyers demandés aux commerçants. Comme élus, nous ne gérons pas cela mais nous avons investi dans la rénovation du piétonnier, qui est terminée. »

Le maïeur estime qu’il y a un certain renouveau. Ces deux dernières années, 22 commerçants sont partis mais 34 sont arrivés. Et une vingtaine d’autres qui y vivent depuis des années ont investi pour améliorer leurs commerces. Rien n’est toutefois évident puisqu’une élue, commerçante, a fermé ses deux pharmacies en centre-ville pour les relocaliser en périphérie. Et de nombreux bâtiments restent vides : plus de 20 % des cellules.

Un certain renouveau

Outre le piétonnier, la Ville a acheté une cellule commerciale pour offrir un loyer évolutif via un bail de trois ans (500 euros/mois la 1re année, 750 la 2e et 900 la 3e). Ce magasin situé en plein centre du piétonnier va accueillir des vêtements tout en offrant un espace à des créateurs, dans l’esprit de la Lux Fashion Week arlonaise.

Les élus veulent aussi redonner vie à la place Léopold, y créer un parking. La Ville poursuit la rénovation du Palais, nouveau lieu de culture, et veut rénover l’ensemble du quartier, englobant l’ex-hôtel du Nord. Suite à l’appel à projets, le collège a désigné un auteur de projet mais il lui faudra aller chercher des subsides pour un montant de travaux estimés à 10 millions.

Un lieu de vie

Quant au commerce, la Ville, l’ACIA et Gestion Centre-ville continuent d’œuvrer dans l’esprit du programme régional «Wallonie commerce » qui soutient le commerce wallon et les initiatives pour le redynamiser, pour que la ville redevienne un lieu de vie.

Gestion Centre-Ville y travaille, parfois avec de petites choses (aire de jeux du Parc Léopold, tables et chaises dans le piétonnier), mais aussi des contacts pour attirer de nouveaux commerçants comme ce pâtissier italien qui ravit les palais depuis fin 2016.

« Il reste des choses à créer, il y a de la place pour des produits de bouche spécifiques et l’horeca au sens large, pour l’équipement de la personne qui reste déficitaire avec des produits de marque et de qualité », note Marielle Flammang.

Selon Catherine Arnold (ACIA), certains propriétaires ont compris l’intérêt de loyers évolutifs. Bref, on est encore loin d’un centre bouillonnant, mais cela bouge. Et ces acteurs ont voulu le dire.

LM - équipe de rédaction

Autres actualités à Arlon

Articles les plus populaires

Les promotions autour de Arlon