Anderlues - Caroline Rems: «Sans arbitre, il n’y aurait pas de football»

À 21 ans, Caroline Rems n’a pas le temps de voir défiler les heures. Elle est employée communale dans la vie, mais aussi volontaire à la Croix Rouge et grande passionnée de football. Et le football, elle ne fait pas que le regarder. Elle le pratique. Comme joueuse… et comme arbitre.

Elle confie: «Le football? J’y suis baignée depuis que je suis toute petite. J’adore ça et c’est même bien plus qu’une passion.» Grande supportrice du Sporting de Charleroi, elle ne rate aucun match des Zèbres à domicile et n’hésite pas à voyager pour suivre les Diables Rouges. «Je suis allée voir l’Euro 2016 et j’irai également voir des matchs en Russie, en juin prochain», précise-t-elle.

Mais elle joue aussi. Avec l’équipe première dames de l’AS Morlanwelz. Et l’arbitrage n’a pas non plus de secret pour elle: «J’ai commencé il y a à peu près deux ans. On avait eu une réunion sur le rôle des arbitres et ça m’a tout de suite tenté…»

Et deux ans plus tard, elle arbitre les équipes premières dames mais aussi les U17 chez les hommes. «Et il y a une grande différence entre les femmes et les hommes. Les femmes sont contrairement à ce qu’on croit, beaucoup plus hargneuses sur le terrain», sourit-elle.

Mais rien n’intimide la jeune femme qui a trouvé dans l’arbitrage, l’activité qui manquait à son équilibre.«C’est sûr que je ne suis pas la même personne sur le terrain que dans la vie. Dans la vie, je suis plutôt réservée, mais sur le terrain, je dois m’imposer, montrer de l’autorité et c’est aussi ce que j’apprécie dans l’arbitrage…»

Même si ce n’est pas facile tous les week-ends. «Il faut parfois pouvoir faire abstraction de ce qui se dit autour du terrain. Rester concentré sur sa mission. Ce sont souvent les supporters ou les parents qui sont responsables des débordements ou qui nous manquent de respect. Et c’est bien dommage parce que sans les arbitres, il n’y aurait pas de football…»

Et ça ne changera surtout rien à la passion que nourrit Caroline pour l’arbitrage. Elle ne compte d’ailleurs pas s’arrêter là: «Des ambitions? Oui gravir les échelons et arbitrer le plus haut possible», sourit-elle en guise de conclusion.

P.G. - équipe de rédaction

Autres actualités à Anderlues

Articles les plus populaires

Les promotions autour de Anderlues