Andenne - Alicia et Laurie sont prêtes pour les «Worldskills»

Alicia Zuchetto, future coiffeuse, et Laurie Hauteclair, bientôt esthéticienne, ont déjà la tête en Russie. Ces élèves de l’École secondaire provinciale d’Andenne relèvent le défi des «Worldskills». Elles espèrent représenter la Belgique du 22 au 27 août à Kazan. Avant il leur reste une épreuve à réussir les 18 et 19 mars à Ciney durant les «Starters Days». À l’issue de ces journées, on connaîtra les représentants belges. Nous avons rencontré Alicia et Laurie au salon SIEP à Namur où elles se sont entraînées sans relâche.

«Ce qui me motive, c’est le challenge, explique Alicia, élève de 7ème année en coiffure. À l’école, on en a beaucoup parlé et mon professeur m’a poussée dans cette aventure. Depuis toute petite, je rêve d’ouvrir mon propre salon de coiffure. J’étudie la coiffure depuis la troisième secondaire. Mes points forts sont le travail des mèches et les colorations. J’ai la chance d’avoir un bon sens artistique.»

Les «Worldskills», à Andenne, on connaît. «Une de nos élèves a participé à l’édition 2017, commente Madame De Marco, le professeur d’Alicia. L’épreuve se déroulait Abou Dabi. Notre élève a terminé troisième et je l’ai engagée dans mon propre salon. J’apprécie ce type d’épreuve car cela permet de donner une autre image de la jeunesse. Tous les candidats, quel que soit leur métier, ont tous moins de 23 ans et personne n’imagine ce qu’une telle compétition représente comme sacrifice. C’est la raison pour laquelle les équipes nationales disposent d’un coach physique, d’un coach mental et d’un coach technique.»

Dans une autre partie du stand, Laurie Hauteclair se concentre sur sa tâche. À 17 ans, elle est en 6ème année de l’option esthétique. «La curiosité m’a déjà poussée à tenter l’expérience l’an passé, raconte Laurie. J’étais déçue car j’ai échoué par manque d’entraînement. Aujourd’hui, je veux aller plus loin. Comme je sais ce qui m’attend, je ne suis pas trop sujette au stress. Mon point fort, ce sont les massages. Par contre, je suis souvent trop perfectionniste. L’an prochain, je poursuis ma formation par une 7ème année de spécialisation en esthétique artistique. Ensuite, je compte me consacrer au bien-être et aux techniques de détente des personnes.»

Delphine Chaballe est professeur d’esthétique. «Ce concours développe une vraie confiance en soi chez les participants, note-t-elle. Nos deux élèves doivent apprendre à gérer leur stress, elles comprendront ce qu’une professionnelle donne à son métier. Avoir eu la chance de participer aux «Worldskills» a beaucoup d’importance sur un CV. Le niveau des candidates étrangères est très élevé mais, heureusement, la Belgique n’est pas en reste. Notre établissement a la chance de bénéficier d’un équipement à la pointe de la technologie. Après, une professionnelle de la coiffure ou de l’esthétique doit savoir écouter, être à la disposition de sa cliente et s’adapter à chacune d’entre elles. »

V.M. - équipe de rédaction

Autres actualités à Andenne

Articles les plus populaires

Les promotions autour de Andenne