Andenne - La «mémoire orale» industrielle de la région

Cédric Piechowski, du Musée de la Céramique, et l’échevin Benjamin Costantini ont proposé, en collaboration avec la ville d’Andenne et des acteurs de terrain, un important projet sur la «mémoire orale» industrielle de la ville. Il s’agit de récolter des témoignages d’anciens ouvriers et employés de l’industrie andennaise.

Il faut savoir que l’industrie de base, celle qui fit la richesse de notre cité au 19e siècle – l’industrie de la céramique – n’existe plus. L’extraction de la terre plastique et ses usines de transformation comme Belref, PéDéCo, Gallet et encore bien d’autres ne sont plus et les personnes qui y ont travaillé sont de moins en moins nombreuses. Cette céramique industrielle est celle des pavés, des tuiles, des briques, mais aussi des conduits de cheminées, des isolants électriques et des tuyaux d’égouts. Il était impératif de récolter les témoignages encore existants. C’est donc une étude de «l’histoire vivante» que propose cette année le Conservateur du Musée de la Céramique. Ce travail fera l’objet d’une exposition et d’une publication au cours de l’année 2018.

En outre, l’échevin Benjamin Costantini a rappelé lors de la conférence de presse que la biennale de la céramique deviendra une triennale qui portera le nom de «Ceramica», avec le partenariat de la Fédération Wallonie-Bruxelles. L’année prochaine, le pays à l’honneur sera l’Italie dont le nom de faïence provient de la ville de Faenza qui, avec Montelucca et Urbino, fut un des berceaux importants de l’art de la céramique européenne au 16e siècle.

Ph. W. - équipe de rédaction

Autres actualités à Andenne

Articles les plus populaires

Les promotions autour de Andenne