Andenne - «Le meilleur compte communal en 10 ans»

Il avait le sourire, Claude Eerdekens, au moment de présenter à la presse ce 26 mai le compte communal 2016 en compagnie de la directrice financière, Valérie Duchesne. «C’est le meilleur compte communal depuis dix ans, c’est bien meilleur que les années précédentes», se réjouit le bourgmestre d’Andenne.

«C’est un clin d’œil à ceux qui disent que la Ville va tomber en faillite. Les pessimistes ont quelques torts et des raisons de se tromper. Nous pratiquons l’optimisme de la raison.»

Cependant, tout n’est pas rose non plus. Voici quelques points abordés par le bourgmestre et sa directrice financière.

1.Boni cumulé.

Celui-ci, compte tenu des bonis des exercices antérieurs, atteint 5.105.425, 52€. «La progression du résultat est de près d’un million d’euros entre 2015 et 2016.»

2.Les provisions et réserves.

«Il s’agit des épargnes pour faire face aux coups durs.» Le montant total de ce bas de laine atteint la somme appréciable de 4.675.000€ (qui s’ajoutent au boni cumulé).

Il est réparti comme suit dans différents domaines: 1.150.000€ pour les pensions du personnel communal afin de faire face aux charges futures pour un complément de pension à destination des agents non statutaires de la Ville, du CPAS et de la Régie des sports; 150.000€ pour la Régie des Sports, 800.000€ pour le CPAS; 800.000 autres euros pour la zone de secours NAGE; 1.275.000€ pour la zone de police; enfin, «une pomme pour la soif» de 500.000€ en termes de réserves ordinaires.

3.Les recettes venant de l’État.

Le tableau est un peu mitigé sur ce point.

«Au niveau de l’impôt sur les personnes physiques, l’État l’a mieux perçu, pour lui-même et donc pour les additionnels communaux. On a perçu environ 8,3 millions d’euros, 1,8 million de plus qu’en 2015.

Par contre, en ce qui concerne le précompte immobilier avec 5,2 millions (+426.467€ par rapport à 2015), c’est en deçà de nos attentes alors que l’on connaît un boum immobilier à Andenne, les immeubles et les appartements poussant comme des champignons. Toutes les communes wallonnes pourraient enregistrer des recettes supérieures si les additionnels au précompte immobilier étaient correctement perçus par l’État fédéral.

L’an prochain, ce sera géré par la Wallonie et il faut que la région puisse engager le personnel nécessaire et suffisant.»

4.Les dépenses de transfert vers le CPAS.

Elles ont augmenté, et Claude Eerdekens ne se prive pas d’un tacle envers le gouvernement fédéral au passage.

«La décision de celui-ci d’exclure un certain nombre de demandeurs d’emploi bénéficiant d’allocations de chômage a entraîné la hausse des dépenses sociales dans le chef des CPAS, sans contrepartie adéquate du fédéral. C’est donc un transfert de charges du fédéral vers le local. À Andenne, environ 180 personnes ont été exclues du chômage en 2016 et en ce début 2017. Certaines se sont tournées vers le CPAS, mais pas toutes.»

5.La dette.

Elle est proportionnellement plus importante au niveau des montants remboursés annuellement que dans d’autres communes.

«Mais Andenne emprunte au maximum en 15 ans quand d’autres le font en 20, 25 ou 30 ans. C’est un choix. Les taux d’intérêt sont plus élevés si on emprunte en 20-25 ans. À 15 ans, on a des taux d’intérêt bas.»

Ce rapport sera présenté à l’ensemble des conseillers communaux ce lundi soir, à l’occasion du conseil communal.

GAETAN ISTAT - équipe de rédaction

Autres actualités à Andenne

Articles les plus populaires

Les promotions autour de Andenne