Natagora reconnecte agriculteurs et naturalistes

VLAN  mardi 30 avril 2019 Vlan

LAVAUX-SAINTE-ANNE | Natagora propose un autre regard sur l’agriculture et lance le projet #Reconnect. Son but: changer l’image de l’agriculteur et rappeler qu’il est le meilleur allié du naturaliste pour redéployer la biodiversité agricole. Le week-end des 30 et 31 mars, agriculteurs et naturalistes se rencontraient à Lavaux-Sainte-Anne.

L’agriculture est une superbe opportunité d’offrir de l’espace à la biodiversité. Étonnant à entendre dans un discours naturaliste? Pas du tout. Les relations entre agriculteurs et naturalistes sont biaisées de longue date mais il est temps de retrouver une collaboration sereine et bienveillante.

Natagora s’y attelle avec le projet #Reconnect qui vise à soutenir les agriculteurs qui mettent en place des mesures en faveur de la biodiversité. Actuellement, plus d’un agriculteur sur deux adhère par exemple au programme des méthodes agro-environnementales et climatiques. Pour encourager la mise en place de ces pratiques, Natagora organise notamment des journées d’échanges entre experts naturalistes et exploitants pour encourager le dialogue, créer des liens et restaurer la confiance.

Une première journée d’échanges a eu lieu le 30 mars au château de Lavaux-Sainte-Anne. Une cinquantaine d’agriculteurs et de naturalistes se sont rencontrés pour échanger autour de thématiques variées: réalités d’une exploitation agricole, arrêt des engrais chimiques en valorisant les effluents d’élevage, partenariat pour la gestion de réserves naturelles… Des représentants de la FUGEA, de Natagriwal, de la Wallonie et bien sûr des experts de Natagora ont exposé leurs points de vue, en duo avec des agriculteurs locaux, puis sont partis sur le terrain découvrir des aménagements.

Luc Loeckx, éleveur bovin, répondait ainsi à une présentation des mesures agro-environnementales: «Si les anciens nous entendaient, ils sortiraient de leurs tombes face à toutes ces règles environnementales. Eux appliquaient ces mesures sans règlements. Ils savaient qu’une terre et un environnement sain sont nécessaires à une production de qualité sur le long terme».

Beaucoup d’intervenants ont insisté sur la disparition des petites exploitations paysannes. Thibaut goret de Natagora: «La courbe de diminution des agriculteurs est corrélée à celle des oiseaux des champs: toutes deux s’effondrent. De petites parcelles assurent une diversité de milieux nécessaire à la biodiversité et de l’emploi pour de nombreux agriculteurs.»

Dimitri Burniaux, éleveur très pragmatique: «C’est par les chiffres que j’ai été conscientisé. J’ai extrapolé les teneurs en azotes ou la disparition des haies à l’horizon 2100 et je me suis rendu compte du souci. Il est important que les agriculteurs comprennent les mesures environnementales.»

Le projet #Reconnect commence seulement. Le 1er mai, le grand public est invité à venir découvrir l’avifaune des milieux agricoles lors de l’Aube des oiseaux de Natagora. En juin, une deuxième journée de rencontre aura lieu en milieu céréalier hesbignon et le point d’orgue du projet aura lieu à Libramont. Mené en collaboration avec Natuurpunt et la Direction générale de l’agriculture de la Commission européenne, le projet est accessible sur le site www.natagora.be/reconnect.

Vlan

Commerces à découvrir