Vers plus d’itinéraires doux transfrontaliers

VLAN  lundi 25 mars 2019 Vlan

ECOTOURISME | La signature d’engagement d’acteurs publics et privés cible un écotourisme franco-belge.

Depuis octobre 2016, les études de faisabilité et tractations vont bon train entre les Ardennes françaises et belges. Sous la bannière européenne Interreg Ardenne Ecotourism, un anglicisme « plus simple à comprendre pour les Flamands », dixit Claude Wallendorff, le président du parc naturel régional des Ardennes (PNRA), voilà que l’on entre dans la phase de réalisation. En lien étroit avec le parc naturel de Viroin Hermeton. Vous vouliez du déplacement doux, sans prendre votre voiture?

Au palais des congrès situé près du lac des Vieilles-Forges, le PNRA a confirmé cette stratégie ambitieuse, marquée par la signature d’engagement d’acteurs publics et privés. Avec, au bout, l’aménagement d’environ 1.200km d’itinéraires. Itinéraires au pluriel car il y en aura pour tous les goûts, dès 2019.

Jugez plutôt: un itinéraire pédestre de 95 km entre les musées de la forêt de Sivry-Rance et de Renwez ou entre les lacs de l’Eau d’Heure et des Vieilles-Forges. Soit 5 jours à pieds, retour en bus.

Mais aussi deux boucles VTT: l’une de 85km sur 2 jours au nord entre Givet et Philippeville, pour les plus sportifs; l’autre de 132 km sur 2 à 3jours pour une promenade en famille dans le secteur de Rocroi jusqu’à Signy-le-Petit en passant par Couvin. Ou encore deux boucles vélo: d’un côté, les bocages, les Fagnes et la Vallée mosane (210 km); de l’autre, les 2vallées, de Viroin et de la Meuse, soit 45 km pour les cyclistes occasionnels.

Cinq aires paysagères françaises espérées

Selon Damien Pecheux, chargé de mission Tourisme au PNRA, « les boucles pourront être redéveloppées.

Côté belge, on se sert de l’existant, alors que côté français, il y aura un aménagement de secteurs parfois séparés que de quelques kilomètres ou centaines de mètres. Cette signature permet de valider dans les grandes lignes l’attestation d’engagement pour pouvoir lancer cet appel à projets et fournir le matériel avant les élections de 2020 ».

Sur le plan logistique, toujours en annonces concrètes, cet événement a mis en lumière la création d’aires paysagères. « 35000€ TTC par versant, soit 10aires en projet. Cinq côté belge et cinq côté français, a détaillé Stéphanie Drothier, de l’Agence de développement touristique des Ardennes. Concernant les aires de bivouac, 8000€ TTC pour le versant français, soit quatre aires en projet. » Et deux espérées en Belgique. Avec des balisages adaptés.

« On espère que les itinéraires seront là dans dix ans. En tout cas, s’il y a un refus de passage par la commune, on a toujours un plan B », conclut Damien Pecheux.

Nicolas Perrin

Vlan

Commerces à découvrir