Sophie de Vos, bourgmestre faisant fonction d’Auderghem: «Priorité au local!»

VLAN  jeudi 21 février 2019 Vlan

AUDERGHEM | Jusqu’aux prochaines élections régionales, qui nous arrivent le 26 mai, Sophie de Vos est la bourgmestre faisant fonction d’Auderghem. Ensuite Didier Gosuin, bourgmestre empêché par ses fonctions de ministre régional, devrait revenir à la tête de la commune.

Sophie de Vos (46 ans) habite Auderghem depuis l’enfance. Depuis ses 6 ans, exactement. Et encore, avant, c’était à quelques mètres, sur la limite de Boitsfort. C’est d’ailleurs là qu’elle suivra sa scolarité. D’abord à la Sainte-Famille en primaire, puis au collège Saint-Hubert. Ce sera enfin l’école de commerce Solvay à l’ULB. Des études universitaires qu’elle parachèvera par une agrégation d’enseignement secondaire supérieur (AESS) lui permettant de donner cours. Ce qu’elle fera quelque temps au collège Saint-Hubert, en donnant sciences économiques. Elle travaillera aussi dans quelques multinationales avant de se consacrer à l’entreprise familiale montée par ses parents. Une société qui propose du service aux entreprises.

Un quartier nommé ‘Corée’

Habitant d’abord dans la rue de l’Application, Sophie de Vos jette ensuite son dévolu sur le quartier du Transvaal. «Je m’y suis installée avec mon compagnon qui est devenu mon mari», souligne cette passionnée d’histoire locale. «J’habite plus précisément le quartier nommé ‘La Corée’, près de la forêt (et du centre Adeps). Il doit son nom au fait qu’il a été aménagé au début des années 50. Le chantier avait duré plusieurs années et les riverains d’alors y pataugeaient dans la boue. C’était en pleine guerre de Corée (1950-1953) et le parallèle a vite été adopté pour finalement rester».

Candidate ‘audacieuse’ en 2006

Sophie de Vos est rapidement devenue active dans le comité de riverains du quartier Corée. Mais aussi, vite repérée. «On m’a approché pour faire de la politique, mais j’ai d’abord refusé car j’étais alors enceinte de ma fille. Et mon fils n’avait que deux ans. Mais en 2006, un ami est venu me relancer à l’occasion des élections communales. J’ai accepté car je voulais m’investir pour ma commune, mieux comprendre comment fonctionnait la Cité, diversifier mes activités et agir pour les gens». Elle est donc candidate sur la liste libérale ‘Auderghem + Audacieuse’ en tant qu’indépendante. Elle y occupe la 5e place et réalise un score personnel de 253 voix. Mais dès le lendemain des élections, elle décide de siéger comme conseillère communale, toujours indépendante, dans la majorité du bourgmestre Didier Gosuin (FDF).

Echevine depuis 2012

Pour les élections communales de 2012, Sophie de Vos figure sur la Liste du Bourgmestre Didier Gosuin (cartel PRL et FDF) à la 10e place. Elle réalise un score personnel de 649 voix et devient échevine. Dans ses attributions, elle hérite des Animations, de l’Emploi et de l’Economie. Lorsque Didier Gosuin retourne à la Région en 2014, comme ministre de l’Emploi et de l’Economie, elle reçoit encore la Culture.

Aux récentes communales d’octobre 2018, elle occupe la 2e place sur la Liste du Bourgmestre Didier Gosuin (devenue DéFi, et sans le MR). Sophie de Vos obtient 1.104 voix de préférence. C’est le 3e score de la commune, toutes listes confondues. Didier Gosuin, étant toujours ministre régional, elle devient bourgmestre faisant fonction. «Souhaitant me consacrer à temps plein pour ma commune, j’ai décidé de cesser mes activités dans l’entreprise familiale. J’ai hérité des attributions normalement dévolues au bourgmestre (Sécurité, Personnel…) mais aussi des Finances et j’ai gardé la Culture. C’est mon fil rouge et je souhaite la conserver après le retour de Didier Gosuin ».

En effet, ce dernier ne se présentera pas aux prochaines élections régionales de ce dimanche 26 mai. Il reviendra donc dans sa commune pour reprendre son maïorat. Mais c’est finalement pour mieux le céder à mi-mandat. Du moins, c’est ce qui est annoncé. «Il revient surtout pour former durant trois ans une nouvelle génération au sein du Collège». Au bout de ces trois années, il est prévu que Sophie de Vos termine la législature comme bourgmestre. D’autres jeunes devraient aussi monter à des charges scabinales.

Quelles priorités pour Auderghem?

Quelles sont les priorités de l’actuelle, bientôt ex, puis future bourgmestre d’Auderghem? «Je voudrais recentrer la commune sur le local: le manger local, travailler local, diminuer les déplacements… En ce sens, j’ai développé de nombreuses actions comme la plateforme de recrutement local ‘Un Job près de moi’, un label soutenant les commerçants privilégiant le circuit court ou encore des initiatives en faveur de la mobilité douce et du covoiturage. Je vais aussi continuer à mettre l’accent sur la formation des jeunes et investir massivement dans notre enseignement. Parmi les grands projets, on veut développer le Rouge-Cloître afin qu’il devienne un pôle culturel et récréatif majeur en Région bruxelloise. On y prévoit une nouvelle ferme pédagogique, la rénovation des ateliers d’artistes et la création de nouvelles salles d’exposition. Il y a aussi le projet d’une nouvelle maison des associations et des solidarités».

En ce qui concerne la mobilité, Sophie de Vos rappelle que cela fait des années que la commune demande à la Stib le retour d’une ligne interquartiers, un retour à l’ancien bus 34 qui sillonnait toute la chaussée de Wavre jusqu’au Transvaal.

Et puis, il y a le fameux viaduc qui traverse la commune. «On voudrait un parking de dissuasion en entrée de ville. Et de là, une voie rapide (métro ou tram) qui rejoindrait la station Herrmann-Debroux. Mais rien ne sera décidé sans une consultation massive des habitants».

Et une nouvelle maison communale, comme à Etterbeek? «On va étudier son avenir, mais ce n’est pas la priorité pour les citoyens. On ne sait même pas encore si ce sera une rénovation, une démolition-reconstruction ou un déménagement. Pour moi, le bâtiment n’est pas aussi lourd que certains peuvent le penser. On pourrait en garder l’enveloppe extérieure et refaire l’intérieur».

Lieux de prédilection

Sophie de Vos évoque quelques-uns de ses endroits de prédilection. «Je vais souvent boire un verre à L’Arrosoir, au Villance et au Trac qui est un café culturel dans le Transvaal. Je fréquente aussi le Saint-Paul et vais prendre un café ou une crêpe chez Kawa. Pour manger, je vais surtout au Briefing, à l’entrée du Rouge-Cloître, au Jardin des Moines, au Sésame et au Maza’j sur le boulevard du Souverain. J’essaie de privilégier les commerçants locaux comme l’opticien de la place Pinoy, le boulanger non loin, et ma petite boutique de vêtements. Auderghem compte aussi de nombreuses grandes surfaces ainsi que deux sympathiques petits marchés hebdomadaires: l’un se tient le jeudi matin au pied de la maison communale, l’autre à Saint-Julien le mardi après-midi».

Une commune, a priori, paisible. A tous points, certes. Mais qu’en sera-t-il des promesses et dans six ans?

Propos recueillis par Julien SEMNINCKX

Vlan

Commerces à découvrir