Une deuxième vie pour vos cadeaux ratés

VLAN  mardi 8 janvier 2019 Vlan

VERVIERS | Les fêtes de fin d’année apportent leur lot de beaux cadeaux mais aussi de déceptions. Depuis quelques années, plus question de laisser traîner un cadeau mal aimé au fond d’une armoire: direction les magasins de seconde main pour une bonne affaire assurée.

La bûche est à peine digérée qu’on cherche déjà à revendre les cadeaux pourris de l’année. Prix Goncourt en double exemplaire, jeu vidéo, parfum, BD… Chaque année, c’est inévitable, une partie des cadeaux déposés sous le sapin ne feront pas la joie escomptée de leur futur propriétaire. Selon un sondage en ligne réalisé à la demande des spécialistes 2ememain.be, Troc.com et Cash Converters, environ 17% des Belges ont encore reçu cette année un cadeau non désiré. Si, auparavant, on préférait reléguer l’objet mal aimé au fond d’une armoire, plus question aujourd’hui de se laisser encombrer inutilement. Surtout quand on sait qu’un mauvais cadeau peut rapporter quelques euros. « On a déjà eu entre 20 et 30 articles apportés entre Noël et nouvel an et ça va aller crescendo jusqu’au début du mois de février, rapporte Gérard Godbil, gérant du magasin Cash Converters de Verviers. En ce qui concerne le type d’objet, ça concerne aussi bien les doublons que les cadeaux loupés comme un percolateur, un jeu électronique, un GSM…»

Malgré cela, peu d’entre nous osent afficher ouvertement notre déception, encore moins demander le ticket de caisse pour un échange. D’où l’idée de revendre le bien en seconde main. Le plus souvent, cela passera par une plateforme en ligne (Market Place sur Facebook, 2ememain) soit, pour plus de confort, via un magasin de seconde main. « L’avantage dans un magasin comme le nôtre, c’est qu’on ne doit pas s’occuper de trouver un acheteur, surtout que tout le monde n’aime pas recevoir des inconnus chez soi, précise Gérard Godbil. En plus, les futurs acheteurs ont un an de garantie sur chaque article qu’ils achètent, ils peuvent le voir de près, l’essayer pour être sûr qu’il convient. C’est d’autant plus important pour les objets électroniques car les personnes veulent des garanties

Une tendance qui se confirme puisque chaque année, ils sont de plus en plus nombreux à se tourner vers les commerces de seconde main aux lendemains des fêtes.

«La seconde main est entrée dans les mœurs»

Sous le sapin aussi, nous sommes de plus en plus nombreux à oser le cadeau de seconde main. Une façon pour les parents d’offrir à leurs enfants le cadeau rêvé sans se ruiner. « Clairement, on voit que Noël est tout le temps meilleur pour nous, confirme le gérant de Cash Converters. Généralement, les familles sélectionnent des articles qui ne ressemblent pas à de l’occasion car ils sont bien emballés, complets et les échanges restent possibles. Et ça permet de payer jusqu’à 60% moins cher que dans le circuit classique

Plus qu’une solution pour les petites bourses, la seconde main est aussi une réponse à la surconsommation: on évite de jeter un objet en parfait état de marche en lui offrant une nouvelle vie. Plus de raison de s’en priver, donc.

Manon Dumoulin

Vlan

Commerces à découvrir