L’apprentissage des langues à la ferme?

VLAN  mardi 16 octobre 2018 Vlan

BOUSSU | Originaire de la région montoise aujourd’hui exilée du côté d’Estinnes, Céline Crompot est une jeune enseignante pétillante, pleine d’idées pour rendre l’apprentissage (ou le renforcement de la connaissance) des langues plus ludique. Rencontre.

La vingtaine à peine franchie, Céline Crompot vient tout juste de quitter les bancs de l’école pour débuter sa carrière de prof, mais elle n’a aucun doute sur son avenir. «Prof? Oui, c’est une véritable vocation, même si ça n’a pas toujours été simple pour y arriver.»

Elle se souvient: «Ma première expérience dans le supérieur, c’était à Mons, et ça ne s’est pas du tout bien passé. J’ai raté ma première année, et on m’a fait comprendre que je n’étais pas faite pour ça.»

Tout un monde s’écroulait pour cette jeune étudiante qui n’avait jamais envisagé une carrière ailleurs que dans l’enseignement. «J’étais vraiment cassée, et j’ai décidé de faire un break. Je suis partie un an à l’étranger (aux États-Unis puis aux Pays-Bas). C’est là que j’ai compris que je n’étais faite que pour devenir prof.»

De retour en Belgique, elle a repris ses études, à Braine-le-Comte, et elle les a réussies d’une traite. «Et j’ai commencé à enseigner… il y a quatre semaines. Il n’y avait pas d’autre alternative, c’est même plus qu’une vocation. Je suis faite pour ça et je savoure chaque instant depuis ma première rentrée.»

Céline apprécie tellement qu’elle a déjà trouvé comment occuper la première semaine de vacances de sa jeune carrière. Elle met sur pied, avec Coralie Dame une ancienne camarade d’études qui enseigne aujourd’hui en primaire, un stage de langues… à la ferme. «La ferme, c’est mon monde», sourit-elle. «Je suis fille d’agriculteurs, mes parents ont une ferme pédagogique à Boussu, donc c’était tout trouvé. Le climat de la ferme a quelque chose à apporter, on en est persuadées, même si on n’oublie pas que ce sont les vacances. Il y aura un temps pour réviser, et un autre pour profiter de l’environnement… tout en continuant à apprendre les langues. Un concept à la fois ludique et constructif pour appréhender les langues.»

Avant de voir un jour ce genre de stages à Estinnes? «Mon compagnon est aussi agriculteur, dans le village, donc c’est loin d’être impossible». La porte est ouverte…

P.G.

Les stages auront lieu à la Toussaint (Néerlandais) et à Carnaval (Anglais). Téléphone? 0470/63.99.24

Vlan

Commerces à découvrir