Eddy Merckx : des profs unis contre leur échevin

VLAN  mardi 9 octobre 2018 Vlan

WOLUWE-SAINT-PIERRE | Au centre scolaire Eddy Merckx, la grogne des enseignants atteint son apogée vis-à-vis de leur échevin communal de tutelle.

« Certains sont venus spécialement par solidarité pour être sur la photo, d’autres avaient fini à 10h et sont restés jusqu’à la pause de midi. Tous sans contrainte, pour se montrer à visage découvert et montrer qu’on est uni dans notre ras-le-bol de la commune et de notre échevin de tutelle », insistent les professeurs et éducateurs du centre scolaire Eddy Merckx qui compte un peu plus de 500 élèves de la 1ère à la 6e secondaire. En cause, l’attitude de l’échevin de l’Instruction publique Serge de Patoul (Défi).

« Depuis juin 2017, il bloque les nominations à la direction de l’école et ne reprend pas les enseignants temporaires. Cela engendre un manque d’enseignants, des classes qui n’ont pas cours de néerlandais et certains professeurs qui se dévouent pour faire en plus des tâches de direction. On a été jusqu’à contacter le bourgmestre, la ministre. Mais en vain jusqu’à maintenant. En retour, l’échevin nous méprise et nous qualifie d’équipe ingérable qui refuse l’autorité ».

Serge de Patoul réagit. « C’est faux, tous les temporaires ont été remplacés. Sauf six qui n’ont pas eu d’évaluation pédagogique. Je ne peux prendre le risque de les reprendre : après un an, ils deviennent indéboulonnables. Or, en juin, on s’est retrouvé avec 60% d’échecs chez les élèves. C’est inadmissible et les professeurs savent que je suis très mécontent. De toute façon, la contestation ne vient que d’un petit groupe d’enseignants qui cherche à me nuire politiquement. »

Même au sein de Défi

La colère des enseignants d’Eddy Merckx n’est pas nouvelle. Ils admettent cependant que l’approche des élections leur apporte une motivation ultime. « On a respecté tous les organes de concertation et usé de tous les moyens possibles pour que cela change. On est à bout, désespéré et on ne veut plus vivre cela pendant les six prochaines années d’autant que Monsieur de Patoul se positionne comme candidat-bourgmestre. »

Un conflit de personne qui n’est pas isolé. Dans La Libre en ligne du 28 mai 2018, Caroline Persoons, figure importante de Défi et échevine de la Culture à Woluwe-Saint-Pierre, s’expliquait sur son refus à se présenter aux élections communales de ce 14 octobre. « J’avais été candidate pour être tête de liste. Je n’ai pas été retenue. Ce sera Serge de Patoul. Et à bien y réfléchir, je ne me retrouve plus dans une liste menée par lui. »

Si même dans son propre camp, l’édile est contesté…

Julien SEMNINCKX

Vlan

Commerces à découvrir