Macavrac, l’épicerie où le client se fait gérant

VLAN  mardi 9 octobre 2018 Vlan

WAVRE | Dans le courant du mois d’octobre, la première épicerie coopérative de Wavre ouvrira ses portes. Du nom de Macavrac, elle proposera des produits bio, locaux et, évidemment, en vrac. Sa particularité? Les clients peuvent prendre part aux décisions dans la gestion du commerce. En fonction de ce qu’il donne, le coopérateur peut voter aux assemblées générales ou même bénéficier de réductions lors de ses achats.

Dans quelques jours ouvriront les portes de la première épicerie coopérative de Wavre, dans l’enceinte de l’Athénée Maurice Carême, à l’avenue Henri Lepage. Baptisée Macavrac, l’épicerie proposera des produits bio, locaux et en vrac, en respectant les principes du commerce équitable.

Un projet, dont l’idée a germé dès 2016 dans l’esprit de quelques membres de Wavre en Transition, très vite rejoints par d’autres citoyens engagés. «Ce type de commerce n’existait pas à Wavre, explique Elise Poskin, responsable de la communication à Macavrac. Il y avait le Point Vert qui était orienté bio, mais qui a fermé il y a une bonne année. Il y a aussi Sequoia, mais qui est fort décentré et qui reste un magasin classique.»

La future épicerie wavrienne se distingue principalement des autres magasins bio dans sa gestion, inspirée de celle de la Bees Coop à Schaerbeek. Créée sous forme de société coopérative à responsabilité limitée et à finalité sociale, Macavrac compte aujourd’hui plus de 200 coopérateurs.

Parmi eux, on trouve les «coopérateurs acteurs» qui, contre 100 euros et 3 heures de travail par mois, deviennent l’un des propriétaires de l’épicerie. Ils peuvent ainsi voter aux assemblées générales et participer aux décisions. Ils reçoivent en outre 10% de réduction sur leurs achats. Les «coopérateurs sympathisants», eux, peuvent acheter des parts, à raison de 25 euros la part, et peuvent aussi voter aux assemblées. Ils ne doivent pas travailler mais ne reçoivent pas 10% de ristourne. Enfin, les clients de passage peuvent venir faire leurs courses sans aucun engagement financier au sein de la coopérative.

Des prix réduits

L’autre différence de Macavrac est à chercher du côté des étiquettes. Le prix de vente des produits sera significativement moins élevé que dans les commerces classiques. «L’Athénée Maurice Carême nous donne un local, nous n’avons donc pas de loyer à payer. Nous n’avons pas de salaires à verser puisque le personnel est bénévole. Tout cela permet de réduire les coûts fixes et ça se répercute sur le prix de vente. Nous proposerons de très bons produits à des prix concurrentiels, sans se faire de l’argent sur le dos des producteurs. S’il y a des bénéfices, ils seront réinvestis dans le projet », assure Elise Poskin.

Au niveau de l’offre, la «petite» surface proposera de tout, sauf de la viande, faute d’accord avec des producteurs. On trouvera donc des fruits et légumes, des produits laitiers et œufs, du pain, des légumineuses, du riz, des pâtes, des céréales, mais aussi des produits d’hygiène corporelle et d’entretien, et bien d’autres. Sans oublier les indispensables accesoires «Zéro Déchet»: sacs & récipients à vrac, gourdes, lingettes lavables, paille en inox,...

Accueillie dans un local de l’Athénée Maurice Carême, l’équipe de Macavrac planche déjà sur des synergies à réaliser avec l’établissement. «On fera de chouettes activités pédagogiques avec les élèves. Nous aurons des contacts fréquents avec eux puisqu’ils nous verront quand ils iront à la bibliothèque.»

L’accès à l’épicerie se fait par l’Avenue des Mésanges à droite juste à côté de l’entrée du parking des Mésanges.

S.Geerts

La «Super épicerie», du mercredi au samedi de 10h à 18h30. Accès: Avenue des Mésanges, à droite, à côté de l’entrée du parking des Mésanges. www.macavrac.be et «Macavrac» sur Facebook.

Vlan

Commerces à découvrir