«Pilou» le nouveau bijou signé Gaspard Talmasse

VLAN  mardi 25 septembre 2018 Vlan

VERVIERS | Après le succès de sa première BD «Ma famille 3 + 1 = 7», l’illustrateur verviétois Gaspard Talmasse s’est associé à la célèbre auteure de jeunesse Dominique Demers pour réaliser «Pilou, tous les soirs du monde», une BD en forme de berceuse illustrée. Beau et tendre.

Moins de deux ans après la sortie de «Ma famille 3 +1 =7» réalisé en collaboration avec l’auteur Isha Bottin, la patte artistique du verviétois Gaspard Talmasse crée à nouveau l’émulation dans les rayons des librairies jeunesses. Et ce n’est pas sans raison. Avec «Pilou, tous les soirs du monde», l’illustrateur signe une nouvelle prouesse visuelle, rehaussée par un magnifique texte en forme de berceuse contée. Il faut dire que le Verviétois a été bien entouré pour cette 2e création puisqu’il a travaillé en collaboration avec Dominique Demers, une auteure québecquoise reconnue à travers le monde pour ses nombreux ouvrages de littérature d’enfance et de jeunesse. « Lorsque j’étais à Montréal pour la promotion du premier livre, mon éditrice m’a envoyé ce texte sans me dire d’où il venait. Je l’ai lu, ça m’a tout de suite parlé et je lui ai renvoyé quelques illustrations, raconte Gaspard Talmasse. Deux jours après, elle me recontactait pour me dire que l’auteure, Dominique Demers avait adoré mes dessins et c’est comme ça que tout s’est lancé

« Tous les soirs du monde, c’est pareil. À l’heure où la lune se lève, le papa de Pilou abandonne tout. Il s’installe à côté de son petit et se prépare à endormir la planète. La plus merveilleuse façon de dire bonne nuit !» C’est par quelques mots annotés sur la quatrième de couverture que l’on plonge dans l’univers de Pilou, qui chaque soir réclame sa routine du coucher à son papa. Tour à tour, le père de Pilou va ainsi endormir les déserts, les océans, les contrées glacées et même les mondes imaginaires. Le texte est rythmé, le phrasé presque hypnotique pour cette berceuse littéraire tout en douceur et délicatesse. « L’auteure m’a raconté qu’elle avait imaginé ce livre après sa rencontre avec une personne qui, dans son enfance, n’avait jamais eu la chance qu’un parent lui raconte une histoire le soir, témoigne le dessinateur. Ça m’a beaucoup touché et c’est peut-être aussi ce qui fait la force du texte

Mais on doit surtout le succès de ce livre grand format aux illustrations du Verviétois qui, par sa palette de traits colorés et ses personnages enchanteurs, nous immerge littéralement dans cet univers onirique. Publié au Québec en avril dernier, le livre est arrivé quelques semaines plus tard dans les librairies belges et le succès est déjà au rendez-vous. Lors de l’inauguration officielle de la Traversée à Verviers, l’auteur était d’ailleurs présent pour dédicacer son nouvel ouvrage, pour le plus grand plaisir du public venu en nombre.

Alice, une histoire personnelle du génocide Rwandais

En parallèle à ses collaborations fructueuses, le Verviétois Gaspard Talmasse achève en ce moment un projet personnel qu’il mène depuis plus d’un an et demi, l’histoire d’une enfant contrainte de quitter son pays, le Rwanda, pour fuir la guerre. « Cette histoire me tient particulièrement à cœur puisque c’est celle de mon épouse Alice, confie encore Gaspard Talmasse. Ce sera un livre différent des deux premiers mais avec un propos actuel puisqu’on abordera la question des réfugiés. On peut évidemment faire le lien avec ce qui se passe aujourd’hui, même si ce n’est pas la même époque ni le même pays. C’est un défi pour moi car il fallait que le dessin soit léger, pour contraster avec le propos, d’autant que le tout est raconté à travers les yeux innocents d’une enfant

En attendant de pouvoir découvrir ce nouveau récit fort, rendez-vous dans toutes les bonnes librairies (La Traversée, Les Augustins, Pouce & Cie, La Fnac…) pour vous procurer «Pilou, tous les soirs du monde».

Manon Dumoulin

Vlan

Commerces à découvrir